L’économie des années 90, celle de l’Internet, la "nouvelle économie", avait créé une bulle financière sans précédent. Un bon indicateur en est la capitalisation boursière. Il s’agit de prendre toutes les actions de chaque société cotée et de les multiplier par leur cours respectif. On a ainsi une idée des montants totaux en jeu au sein de la Bourse. De 1990 à 1999, la capitalisation mondiale est passée de 9.400 milliards de dollars à plus de 36.000. Une croissance de plus de 16% par an en moyenne. En comparaison, le PIB (Produit intérieur brut), qui estime la production marchande effective, n’a crû que de 3,3%. Le krach de 2001 a porté un coup d’arrêt à cette poussée financière. Mais pas pour très longtemps. La capitalisation boursière en 2006 se chiffre à 50.635 milliards de dollars. C’est davantage que le PIB mondial, estimé à 48.144 milliards de dollars. En tête du palmarès des Bourses, les Etats-Unis avec un montant avoisinant les 20.000 milliards de dollars (suivis par l’Union européenne à 15 avec une somme de 13.256 milliards de dollars). Le PIB américain, quant à lui, ne dépasse pas les 13.200 milliards de dollars. Alors économie financière surévaluée ?

Source : World Federation of Exchanges, "Annual Report and Statistics 2006", 163p, publié le 22 juin 2007. http://www.world-exchanges.org/WFE/home.asp?action=document&menu=27&nav=ie .
[!sommaire]