L’information est apportée au détour d’un raisonnement mais elle vaut de l’or. Elle sort de la plume de Slavoj Zizek, sans doute un des penseurs marxistes les plus féconds. Il s’attaque, dans ce texte, à la mélasse intellectuelle des Negri, Hardt & Co et, pour souligner que la propriété des moyens de production demeure la clé de voûte du capitalisme réellement existant, rappelle cette vérité, qui fait rarement la manchette des journaux : "L’élément clé des nouveaux accords commerciaux internationaux est la "protection de la propriété intellectuelle" : chaque fois que, dans le cadre d’une fusion, une grosse entreprise du Premier monde s’accapare une entreprise du Tiers-monde, sa première initiative consiste à fermer son département de recherche. (En Slovénie, Henkel-Zlatorog, entreprise d’Etat, dut signer un engagement formel à ne poursuivre aucune recherche !)". C’est cela, la libre concurrence et l’intégration dans l’économie mondiale. Faites comme je dis, pas comme je fais. No comment.

Source : Slavoj Zizek, "Que veut l’Europe ?", Coll. Champs, Flammarion, 2005, page 107.
[!sommaire]