Le mensuel économique français L’Expansion qualifie l’opération de "joli coup de fourchette". Elle démontre, si besoin était, que les fonds spéculatifs constituent le fer de lance du "capital innovant", crise ou pas crise. C’est en 2005 que le fonds d’investissement américain Colony Capital, bien connu pour son entrée en force aux côtés du Groupe Arnault dans le capital de Carrefour, a allongé 330 millions d’euros pour devenir en France le propriétaire de la chaîne de restauration Buffalo Grill, alors en difficulté, c’était le bon moment. Il a vite rentabilisé. Fin 2006, Colony Capital revendait les murs des 128 restaurants à la société foncière Klépierre pour 300 millions. Et, en septembre 2008, le reste (l’enseigne) à trois autres fonds spéculatifs, Abénex Capital, iXEN et NI Partners, en récupérant cette fois les 330 millions misés au départ. Cela fait une plus-value de 300 millions et un taux de retour sur investissement de plus de 90%. La vie est belle.


Source : L’Expansion n°735 de novembre 2008.

[!sommaire]