"Chaque mois, l’équipe d’achACT, épaulée par le journaliste Marc Molitor, publie un article de fond illustré d’interviews et de témoignages vidéos, d’infographies chiffrées et documentées et de références solides sur une thématique liée au respect des droits des travailleuses dans l’industrie de l’habillement. La volonté est d’aller au-delà des constats, de se plonger dans la compréhension des processus et d’identifier des leviers de changements."

Un État de droit doit garantir l’accès à la justice à chaque citoyen. L’accès à la justice et à la remédiation est inscrit depuis 2011 dans les Principes directeurs des Nations Unies (UNPG) relatifs aux entreprises et aux droits de l’Homme. Pourtant, les 5.000 ayants droit dans l’effondrement du Rana Plaza (les familles des 1.138 tués et les plus de 2.000 blessés) ne doivent leur indemnisation à aucun mécanisme institutionnel légal mais bien à une mobilisation internationale acharnée durant deux pleines années, pour que les entreprises clientes du Rana Plaza contribuent au fonds d’indemnisation. Qu’attendent donc les États – pas seulement le Bangladesh mais bien tous les États ! – pour garantir l’accès à la justice et à la remédiation aux personnes dont les droits ont été violés du fait de pratiques d’entreprises vis-à-vis de leurs filières d’approvisionnement ?

Lire la suite sur le site d’Achact :http://ranaplaza.be/justice.php[!sommaire]