Sanofi et Merk mettront fin à la co-entreprise formée il y a plus de vingt ans pour la vente des vaccins en Europe : Sanofi Pasteur MSD.

Cette scission provoquera, selon les déclarations de la Direction, la suppression de plus de 200 postes en Europe, où l’entreprise emploie 950 salariés, dont 402 en France. Cent-quinze postes seront supprimés dans l’Hexagone et une centaine sur le reste du continent.

Cette nouvelle est annoncée un mois et demi après le dévoilement par la direction de Sanofi, de la suppression de plus de 600 postes en France et la réduction d’effectifs dans le reste du monde (dont le groupe n’a pas encore annoncé les chiffres).

Ainsi, en France il faudra ajouter 115 postes supprimés aux 600 déjà annoncés. Si on considère les licenciements annoncés et les postes laissés vacants à la suite des réorganisations précédentes, ce chiffre a doublé. À Sanofi Winthrop Industrie, une filiale qui regroupe douze usines en France et emploie 5.000 salariés, la direction a annoncé la suppression de 400 postes, alors qu’à Sanofi-Aventis France (qui chapeaute les activités commerciales de la firme) 155 suppressions sont prévues, s’ajoutant aux 150 postes laissés vacants suite aux réorganisations précédentes.

Dans la R&D, les 290 postes vacants au sein de cette filiale seront définitivement supprimés. Plus de 1.000 emplois sont donc directement impactés.

Sources : Catherine Ducruet, « Vaccins : Sanofi et Merck MSD divorcent à l’amiable », Les Echos, 9 mars 2016. Chloé Hecketsweiler, « Sanofi annonce la suppression de plus de 600 postes en trois ans », Le Monde, 3 février 2016.

Photo : "Manifestation de Sanofi Toulouse", 14/11/2012, Metronews Toulouse, Creative Commons, via Flickr
[!sommaire]