Quand vous achetez un produit chez Danone, plus de 20% du prix que vous payez finance la communication. La multinationale est l’un des acteurs de l’agrobusiness qui met le plus en avant son engagement social et environnemental. Une superbe vitrine. Sauf que dans les faits, on est très loin du compte.

La revue Tchak ! s’adresse aux producteurs, aux artisans-transformateurs, aux consommateurs. Elle parle d’agriculture paysanne, d’agroécologie et des nouveaux modèles de production, de distribution et de consommation. Elle questionne les pratiques de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Elle adhère au code de déontologie de l’Association des journalistes professionnels.

Fin mai 2020, Danone annonce en grande pompe qu’elle s’apprête à devenir la première « société à mission » cotée, ce que l’assemblée générale acte un mois plus tard. Pour la multinationale de l’agro-alimentaire, une énième opération de communication plus qu’une réelle volonté de changer de modèle. Rétroactes en cinq points pour éclairer ce constat.

Société à mission : quels engagements ?

Le statut de « société à mission » émane de la loi française PACTE de 2019, relative à la croissance et la transformation des entreprises. Il permet à une firme de se doter d’une « raison d’être » intégrant des missions sociales et/ou environnementales.

 


Pour lire la suite de cet article, rendez-vous sur le site Mirador.

 


Source photo : Adèle Peers