L’entreprise néerlandaise Philips a annoncé un surprenant bénéfice net de 176 millions d’euros au troisième semestre de 2009, ce qui correspond à une hausse de 300 % par rapport à la même période en 2008. Le chiffre d’affaires s’établit quant à lui à 5,62 milliards d’euros, soit... une baisse de 11 % par rapport à la même période de référence. Pour le PDG de Philips, ces résultats "reflètent nos solides fondamentaux et la manière proactive avec laquelle nous avons géré nos coûts". L’entreprise avait en effet annoncé la suppression de 6.000 emplois en 2009, après en avoir déjà supprimé 3.000 à la fin 2008 et cela sur un total d’un peu plus de 120.000 employés dans le monde. Ces suppressions devraient permettre de réaliser des économies de 500 millions d’euros par an dès le second semestre 2009 et 600 millions d’euros par an à partir de 2010. Le groupe a malgré tout annoncé qu’il envisageait, si cela s’avérait nécessaire, de procéder à de nouvelles restructurations en 2010. La cote de l’action Philips a grimpé de 7,7% après l’annonce de ces résultats qui ont pris de court tous les experts du marché. C’est sans doute le meilleur indice de ce que ces restructurations – et ce "bénéfice" reposant sur une baisse des ventes – reflètent une stratégie plus financière qu’industrielle.

Souce : Financial Times du 12 octobre 2009 et L’Echo du 12 octobre 2009.

[!sommaire]