Bien implantée en Belgique, Cargill est la plus grande firme agro-alimentaire au monde mais aussi l’une des plus discrètes. Négoce, transformation, logistique : sa présence sur tous les maillons de la chaine d’approvisionnement lui donne un pouvoir considérable, pour anticiper les variations de prix de nombreuses matières premières agricoles, voire même les manipuler. Focus sur ce géant « invisible ».

La revue Tchak ! s’adresse aux producteurs, aux artisans-transformateurs, aux consommateurs. Elle parle d’agriculture paysanne, d’agroécologie et des nouveaux modèles de production, de distribution et de consommation. Elle questionne les pratiques de l’industrie agro-alimentaire et de la grande distribution. Elle adhère au code de déontologie de l’Association des journalistes professionnels.

« Nous sommes la farine de votre pain, le blé de vos nouilles, le sel sur vos frites. Nous sommes le maïs dans vos tortillas, le chocolat dans votre dessert, l’édulcorant dans votre soda. Nous sommes l’huile dans votre vinaigrette, et le bœuf, le porc ou le poulet que vous mangez au diner. Nous sommes le coton de vos vêtements, l’envers de votre tapis et le fertilisant dans votre champ ». Ainsi se présentait Cargill dans une brochure à destination de ses clients en 2001.


Pour lire la suite de l’article, rendez-vous sur Tchak !

Sommaire

À la Une, notre enquête sur le sexisme en milieu agricole, avec le témoignage de nombreuses agricultrices.

En voici les éléments-clés :

  • En Wallonie, les agricultrices représentent 18% des chefs d’exploitation et 75% des conjoints-aidants. Dans de nombreuses familles, elles s’occupent de la traite, des soins donnés aux animaux, des activités de transformation, de la vente directe, de l’entretien du foyer, de l’éducation des enfants, des courses, des repas, des lessives, de la comptabilité et du volet administratif de la ferme. Elles sont donc omniprésentes, multitâches et hyperactives.
  • Publiquement, leur rôle continue d’être considéré comme périphérique. Conséquence : elles sont moins présentes aux postes à responsabilité dans les structures agricoles. En Wallonie, la présidente du syndicat agricole majoritaire est pourtant une femme, et il existe une aile féminine depuis longtemps. Mais est-ce suffisant pour rétablir l’égalité ? Pas vraiment.
  • Le déséquilibre entre les genres s’observe jusqu’à l’échelon européen. La dernière réforme de la Politique agricole commune (PAC) a ainsi été décidée par des institutions majoritairement composées d’hommes.

Au sommaire, aussi, de ce neuvième numéro de Tchak :

Source illu : Cargill - Matt Leonard, Flickr- CC BY-NC-SA 2.0