Réglementation des multinationales

Classiquement, le fonctionnement des entreprises est soumis aux lois et règlements – plus ou moins contraignants, c’est affaire de rapport de forces – du pays où elles sont établies. Leurs activités se sont cependant largement internationalisées – la "mondialisation", dit-on parfois. Les lois et les règles, lorsqu’elles opèrent à l’étranger, et en particulier dans le Tiers-monde, n’offrent souvent qu’une très faible protection aux travailleurs.

Ajouter à cela que, partout, dans les faits comme dans les consciences, la tendance est au relâchement de la règle de droit, auquel les entreprises cherchent, avec succès, à substituer une "autorégulation volontaire" faiblement garantie par des "codes" et des "chartes" dont la valeur est essentiellement morale – ou publicitaire.

C’est dire que la "police des multinationales" est devenu un champ miné. Y compris pour le Gresea, dont le point de départ est la contradiction entre "économie du travail et économie du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
", pour utiliser la formule de Riazanov (1922). Œuvrer pour un fonctionnement plus "social" des entreprises, que ce soit par voie réglementaire ou par voie de codes volontaires, ne modifiera en rien le problème de fond : une exploitation de l’homme par l’homme. On en viendra même à considérer que cette exploitation est normale pourvu qu’elle soit "décente" – ou conforme aux "normes internationales de base", qui n’ont jamais eu d’autre fonction que de donner une forme légale à cette exploitation : économie du capital Capital contre économie du travail. C’est donc perdre de vue la question essentielle : produire pour qui, comment et pourquoi ?

Donc, champ miné, extrêmement teinté d’idéologie. Il mériterait, en soi, une analyse : pourquoi, aujourd’hui, le thème de la régulation des entreprises exerce-t-il un tel attrait ? cela répond à quoi, à quels intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
 ? La tâche reste urgente. Cela n’empêche pas le Gresea, parallèlement, d’apporter un soutien et une participation critiques aux initiatives d’associations qui, par une meilleure police des multinationales, visent à améliorer le cadre légal ou paralégal à l’intérieur duquel les travailleurs cherchent à bâtir un rapport de forces qui leur soit favorable. On en trouvera la liste, ci-contre.

Au Gresea, les activités phares ont consisté en l’organisation de huit ateliers de réflexion collective sur les principaux instruments de régulation sociale des multinationales qui ont chacun fait l’objet d’une fiche pédagogique. Quatre Gresea Echos thématiques associant des auteurs du Sud ont également été réalisés ainsi qu’un séminaire international de clôture.

Articles de cette rubrique

  • Volet 2 : Transparence et reporting social

    , par GRESEA ASBL

    Une bonne information est le B.A.-ba de toute action collective pour la justice sociale et, plus largement, un préalable à tout progrès social international et démocratique. C’est vrai, a fortiori, en matière de réglementation sociale des entreprises. Divers dispositifs légaux y contribuent, tels les (...)

  • Les coopératives de production et la crise

    , par Bruno Bauraind, Bruno Roelants

    Cet article repose sur les propos de Bruno Roelants, secrétaire général de la Confédération européenne des coopératives de production (Cecop). La Cecop représente au niveau européen les coopératives actives dans les secteurs de l’industrie et des services. Cette organisation compte aujourd’hui près de (...)

  • Délocalisation, désindustrialisation et récupération ?

    , par Bruno Bauraind

    Cet article a servi de base à une intervention lors du colloque, "Economie sociale et solidaire comme force de changement", organisé à Verviers par l’Institut de Développement Européen de l’Economie Sociale (IDEES) le 26 février 2010.
    Si le mouvement de récupération d’entreprise en Amérique latine a (...)

  • Décences et indécences de la condition ouvrière

    , par Erik Rydberg

    (Ce texte a été diffusé en novembre 2006 parmi les membres du Groupe de travail sur le Travail Décent que coordonne le CNCD et KVNZ-11.11.11, dont ce sera le thème de campagne en 2008 et 2009).
    Dans les deux années à venir et sur le thème du "travail décent", un important travail de mobilisation autour (...)

  • Volet 4 : Empreinte sociale

    , par GRESEA ASBL

    Le Gresea organise le jeudi 17 décembre entre 12h00 et 15h00, dans les locaux de l’Université populaire (26, rue de la Victoire à Saint-Gilles, Bruxelles, salle Créativité) un "workshop" autour d’un nouvel indicateur de "traçabilité sociale" et, l’un va avec l’autre, d’un nouveau concept : l’empreinte (...)