Réglementation des multinationales

Classiquement, le fonctionnement des entreprises est soumis aux lois et règlements – plus ou moins contraignants, c’est affaire de rapport de forces – du pays où elles sont établies. Leurs activités se sont cependant largement internationalisées – la "mondialisation", dit-on parfois. Les lois et les règles, lorsqu’elles opèrent à l’étranger, et en particulier dans le Tiers-monde, n’offrent souvent qu’une très faible protection aux travailleurs.

Ajouter à cela que, partout, dans les faits comme dans les consciences, la tendance est au relâchement de la règle de droit, auquel les entreprises cherchent, avec succès, à substituer une "autorégulation volontaire" faiblement garantie par des "codes" et des "chartes" dont la valeur est essentiellement morale – ou publicitaire.

C’est dire que la "police des multinationales" est devenu un champ miné. Y compris pour le Gresea, dont le point de départ est la contradiction entre "économie du travail et économie du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
", pour utiliser la formule de Riazanov (1922). Œuvrer pour un fonctionnement plus "social" des entreprises, que ce soit par voie réglementaire ou par voie de codes volontaires, ne modifiera en rien le problème de fond : une exploitation de l’homme par l’homme. On en viendra même à considérer que cette exploitation est normale pourvu qu’elle soit "décente" – ou conforme aux "normes internationales de base", qui n’ont jamais eu d’autre fonction que de donner une forme légale à cette exploitation : économie du capital Capital contre économie du travail. C’est donc perdre de vue la question essentielle : produire pour qui, comment et pourquoi ?

Donc, champ miné, extrêmement teinté d’idéologie. Il mériterait, en soi, une analyse : pourquoi, aujourd’hui, le thème de la régulation des entreprises exerce-t-il un tel attrait ? cela répond à quoi, à quels intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
 ? La tâche reste urgente. Cela n’empêche pas le Gresea, parallèlement, d’apporter un soutien et une participation critiques aux initiatives d’associations qui, par une meilleure police des multinationales, visent à améliorer le cadre légal ou paralégal à l’intérieur duquel les travailleurs cherchent à bâtir un rapport de forces qui leur soit favorable. On en trouvera la liste, ci-contre.

Au Gresea, les activités phares ont consisté en l’organisation de huit ateliers de réflexion collective sur les principaux instruments de régulation sociale des multinationales qui ont chacun fait l’objet d’une fiche pédagogique. Quatre Gresea Echos thématiques associant des auteurs du Sud ont également été réalisés ainsi qu’un séminaire international de clôture.

Articles de cette rubrique

  • Le Sud face à l’impérialisme contemporain : les réponses efficaces

    , par Samir Amin

    Dans l’art de la guerre, chacun des belligérants choisit le (ou les) champ de bataille sur le terrain duquel il pense disposer de l’avantage pour conduire son offensive et tente de l’imposer à l’adversaire, qu’il place alors dans une position de défensive. Il en est de même en politique, tant aux (...)

  • Codes OCDE des multinationales

    , par GRESEA ASBL

    L’Observatoire de l’OCDE "OECD Watch" (www.oecdwatch.org), coalition de 47 ONG dans 28 pays dont, en Belgique, le GRESEA, a publié, le jeudi 22 septembre 2005, son rapport 2000-2005, intitulé "Cinq ans après : Revue critique sur les principes directeurs de l’OCDE et les points de contacts nationaux". (...)

  • Volet 3 : Normes OCDE

    , par GRESEA ASBL

    Les Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des multinationales sont présentés, tant par les autorités européennes que belges, comme un des instruments phares permettant "d’encourager" les entreprises au respect de normes socio-économiques dans le cadre de leurs activités transfrontières. Ils (...)

  • Bilans sociaux en France et en Belgique. Le point

    , par Xavier Dupret

    Les bilans sociaux existent depuis une trentaine d’années en France. En Belgique, c’est en 1995 que la loi va imposer aux entreprises de se plier à un devoir d’information économique. Après trois décennies d’application en France et près de quinze ans chez nous, quelles évolutions ont caractérisé les (...)

  • Capital et Travail (Campagne "Travail Décent", etc.)

    , par GRESEA ASBL

    Les ONG belges de solidarité internationale s’apprêtent à mener campagne sur le thème du "travail décent". Une première assemblée de réflexion, tenue le 19 mai 2006 à la Confédération mondiale du travail et à laquelle Mateo Alaluf avait été associé, a mis en évidence la nécessité de savoir, d’abord, de quoi (...)