ingénierie financière

Articles sous ce mot clé

  • Philips éteint la lumière (pas lucratif)

    , par Erik Rydberg

    Né avec une ampoule dans sa petite menotte, Philips ne mise plus, comme on sait, sur cette vieillotte technologie. Il y a plus juteux. Les applications paramédicales, par exemple, qui ont cet incomparable avantage de reposer sur un marché "captif" (les malades, y compris imaginaires) et subsidié (...)

  • Pfizer bientôt irlandais pour échapper à l’impôt

    , par Henri Houben

    Pfizer et Allergan ont officiellement annoncé leur mariage dans un projet de mégafusion qui porterait le chiffre d’affaires du nouveau groupe à de 60 milliards de dollars (au taux actuel de l’euro, soit 1,0722 dollar, cela représente environ 55 milliards d’euros). D’emblée, la firme engendrée par (...)

  • Electrabel, un vulgaire spin-off ?

    , par Erik Rydberg

    Le quotidien financier L’Écho en faisait sa Une voici peu : Engie, ex-groupe GDF-Suez, envisage de larguer l’ex-fleuron énergétique belge Electrabel. Suez l’avait acquis, pour mémoire, par un forcing – "dans l’indifférence quasi générale" rappelle le journal – au début des années 2000. Suez avait ravi (...)

  • Caterpillar et l’optimisation fiscale

    , par Bruno Bauraind

    La production belge de Caterpillar ? Elle est à Genève… Tel est le montage, un parmi d’autres, qui permet à la transnationale d’éluder les impôts et, en cas de restructuration, de contrer l’action syndicale. Aux États-Unis, ces pratiques viennent de s’attirer les foudres du Sénat US.
    Géographiquement, (...)

  • Goldman Sachs, prestidigitateur…

    , par Erik Rydberg

    Là, c’est presque un conte de fées. L’économie parallèle conçue par le banquier Goldman Sachs (un des intermédiaires privilégiés de la dette publique belge) a en effet de quoi faire les délices des amateurs de romans policiers. Goldman, pour mémoire, c’est 32.400 salariés et un portefeuille de 940 (...)

  • Le luxe LVMH : paradis fiscaux et bénéfices détaxés

    , par Romain Gelin

    LVMH, groupe dirigé par le millionnaire Français Bernard Arnault, est le 1er groupe mondial de l’industrie du luxe, et surplombe une nébuleuse d’un millier de sociétés, pas moins. Deux d’entre elles, Hannibal et Harmony, basées respectivement au Luxembourg et à Hong Kong vont nous intéresser. En 2008, (...)

  • Apple & Co. : machines à profits détaxés

    , par Erik Rydberg

    En annonçant, début 2012, le versement sur trois ans de 45 milliards de dollars en dividendes et "buy-backs" à ses actionnaires, une première depuis dix-sept ans, Apple a sans doute malencontreusement attiré l’attention sur les ressorts de sa machine à profits. Apple est en effet assis sur un matelas (...)

  • Abbott réinvente l’éthique

    , par Erik Rydberg

    Abbott, le géant pharmaceutique états-unien se scinde en deux. Histoire de mettre mieux en valeur (à la Bourse, où ailleurs ?) sa branche de pharmacie "éthique". En effet, il y a médicament et médicament...

  • Kraft se sépare de Kraft

    , par Erik Rydberg

    Kraft est très discret. Son nom est inscrit en petites lettres sur les emballages. Comme Unilever, Kraft est un "producteur" par procuration : ce qu’il veut vendre, il le trouve chez d’autres producteurs, qu’il rachète clé sur porte, aussi simple que cela.

  • Delhaize aligne un profit magique

    , par Erik Rydberg

    Mais d’où viennent donc les profits ? La publication des résultats du troisième trimestre 2009 de la multinationale de la grande distribution Delhaize fournit matière à une éclairante leçon. Delhaize, pour mémoire, c’est 2.697 magasins dont plus de la moitié aux Etats-Unis (sous les enseignes Lion Food, (...)

  • Saga Fortis, krach du néolibéralisme ?

    , par Erik Rydberg

    La direction de Fortis vient d’annoncer, 22 janvier 2009, une perte probable de 19 milliards d’euros en 2008. Enième épisode de la saga. Qu’en retenir ? Numéro un belge de la Bourse en 2007 et pour ainsi dire rayé de la carte en 2008, pfuit, parti en fumée. Campons les personnages. Fortis est né de la (...)

  • La finance refait des bulles.

    , par Henri Houben

    L’économie des années 90, celle de l’Internet, la "nouvelle économie", avait créé une bulle financière sans précédent. Un bon indicateur en est la capitalisation boursière. Il s’agit de prendre toutes les actions de chaque société cotée et de les multiplier par leur cours respectif. On a ainsi une idée des (...)