Bulle financière

Apparition d’un écart soutenu entre valorisation boursière des titres d’une entreprise (ou d’un actif) et leur valeur économique fondamentale, ce qui laisse supposer l’agissement d’une spéculation Spéculation Action qui consiste à évaluer les variations futures de marchandises ou de produits financiers et à miser son capital en conséquence ; la spéculation consiste à repérer avant tous les autres des situations où des prix doivent monter ou descendre et d’acheter quand les cours sont bas et de vendre quand les cours sont élevés.
(en anglais : speculation)
pour faire monter artificiellement ces cours. De ce fait, la demande de titres est soudainement forte et de manière prolongée, ce qui tire les cours à la hausse, chaque investisseur espérant réaliser une plus-value Plus-value En langage marxiste, il s’agit du travail non payé aux salariés par rapport à la valeur que ceux-ci produisent ; cela forme l’exploitation capitaliste ; dans le langage comptable et boursier, c’est la différence obtenue entre l’achat et la vente d’un titre ou d’un immeuble ; si la différence est négative, on parlera de moins-value.
(en anglais : surplus value).
de l’achat puis de la vente de ces avoirs avant que le marché ne s’effondre. A un moment donné, la bulle se transforme en krach Krach Effondrement subi d’une ou plusieurs places boursières à la suite d’une bulle financière. Il suscite souvent, chez les investisseurs, des conduites de panique qui amplifient cette situation de crise sur l’ensemble des marchés internationaux. L’exemple type du krach est celui qui affligea la bourse de Wall Street en 1929.
(En anglais : stock market crash)
, car les investisseurs se rendent compte que l’écart obtenu est devenu ingérable et qu’il vaut mieux vendre, avant le retournement du marché (ce qui, de fait, précipite sa chute). L’évolution quotidienne des cours prend alors la forme d’une courbe grimpant jusqu’à un pic, puis déclinant rapidement et inexorablement, c’est-à-dire la forme d’une bulle.
(En anglais : financial bubble)