Glossaire économique du Gresea

 

 

Index alphabétique : A|B|C|D|E|F|G|H|I|J|K|L|M|N|O|P|R|S|T|U|V|Z

 

Keynésianisme

Doctrine économique avancée à partir des théories de l’économiste britannique John Maynard Keynes (1883-1946). Ses fondements sont basés sur le fait qu’on ne peut pas simplement laisser le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
fonctionner librement. S’il y a des dérapages, s’il y a crise économique, il faut que les pouvoirs publics interviennent activement pour relancer l’activité économique ou pour contrôler les éléments qui perturbent l’économie (comme la spéculation Spéculation Action qui consiste à évaluer les variations futures de marchandises ou de produits financiers et à miser son capital en conséquence ; la spéculation consiste à repérer avant tous les autres des situations où des prix doivent monter ou descendre et d’acheter quand les cours sont bas et de vendre quand les cours sont élevés.
(en anglais : speculation)
).
(en anglais : keynesianism)

Krach

Effondrement subi d’une ou plusieurs places boursières à la suite d’une bulle financière Bulle financière Apparition d’un écart soutenu entre valorisation boursière des titres d’une entreprise (ou d’un actif) et leur valeur économique fondamentale, ce qui laisse supposer l’agissement d’une spéculation pour faire monter artificiellement ces cours. De ce fait, la demande de titres est soudainement forte et de manière prolongée, ce qui tire les cours à la hausse, chaque investisseur espérant réaliser une plus-value de l’achat puis de la vente de ces avoirs avant que le marché ne s’effondre. A un moment donné, la bulle se transforme en krach, car les investisseurs se rendent compte que l’écart obtenu est devenu ingérable et qu’il vaut mieux vendre, avant le retournement du marché (ce qui, de fait, précipite sa chute). L’évolution quotidienne des cours prend alors la forme d’une courbe grimpant jusqu’à un pic, puis déclinant rapidement et inexorablement, c’est-à-dire la forme d’une bulle.
(En anglais : financial bubble)
. Il suscite souvent, chez les investisseurs, des conduites de panique qui amplifient cette situation de crise sur l’ensemble des marchés internationaux. L’exemple type du krach Krach Effondrement subi d’une ou plusieurs places boursières à la suite d’une bulle financière. Il suscite souvent, chez les investisseurs, des conduites de panique qui amplifient cette situation de crise sur l’ensemble des marchés internationaux. L’exemple type du krach est celui qui affligea la bourse de Wall Street en 1929.
(En anglais : stock market crash)
est celui qui affligea la bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
de Wall Street en 1929.
(En anglais : stock Stock Sous sa forme économique, c’est l’ensemble des avoirs (moins les dettes) d’un acteur économique à un moment donné (par exemple, le 31 décembre 2007). Ce qui sort ou qui entre durant deux dates est un flux. Le stock dans son sens économique s’oppose donc au flux. Sous son interprétation comptable, le stock est l’ensemble des marchandises achetées qui n’ont pas encore été produites ou dont la fabrication n’a pas été achevée lors de la clôture du bilan ou encore qui ont été réalisées mais pas encore vendues.
(en anglais : stock ou inventory pour la notion comptable).
market crash)