Anne Dufresne, Natalia Hirtz et Bruno Bauraind (Gresea) sont membres du Groupe d’analyse des conflits sociaux (GRACOS). Il s’agit d’un collectif interdisciplinaire ayant pour objectif l’étude des principaux mouvements de grève et autres éléments de la conflictualité sociale qui jalonnent l’actualité de chaque année civile.

Le rapport sur la grève et la conflictualité sociale 2017 est paru au CRISP. Dans cette livraison, Anne Dufresne (Gresea) aborde avec Jean Vandewattyne et Cédric Leterme les mobilisations du Collectif des coursier.e.s contre Deliveroo. Né de façon informelle en 2015, ce collectif vise à organiser les livreurs des différentes start-up actives dans la livraison de repas à domicile (UberEats, Deliveroo, TakeAway, etc.). Si ses premières actions remontent à juillet 2016 et ont eu pour cible certaines pratiques de Take Eat Easy (TEE), c’est surtout en 2017 que ce collectif a fait parler de lui, en mobilisant les coursiers de Deliveroo contre la décision prise par la filiale belge de la multinationale de passer d’une rémunération à l’heure à une rémunération à la course. Ce conflit a trouvé une forme d’épilogue en février 2018. Outre le rapport du Collectif des coursier.e.s aux syndicats traditionnels, ce chapitre aborde également le rôle joué par la coopérative SMart comme tiers acteur.

Deux autres cas abordés dans cette livraison du Courrier hebdomadaire rendent compte de la conflictualité sociale intervenue au sein du secteur secondaire. Bruno Bauraind revient sur deux grèves qui ont eu lieu durant le second semestre 2017 à la Fabrique nationale d’armes de Herstal (FN Herstal). Il souligne leur caractère remarquable à deux égards. D’une part, il s’agit d’un conflit industriel avec pour enjeu le salaire, ce qui, dans un contexte marqué par le durcissement de la norme salariale, la concurrence internationale et un processus de désindustrialisation, est de plus en plus rare en Belgique. D’autre part, ces deux mouvements de grève ont pris cours dans une entreprise tout à fait atypique en Belgique : une entreprise multinationale dont le siège social est situé sur le territoire belge et qui est détenue à 100 % par la Région wallonne. Le changement de majorité au gouvernement wallon a d’ailleurs eu un impact sur ce conflit et sur son déroulement.

Le troisième cas traité par les chercheurs du Gresea est celui intervenu à quelques kilomètres de là, au sein de l’entreprise de pneumatique Truck Technic, qui a connu, entre décembre 2016 et fin janvier 2017, une grève avec occupation d’usine. Une quarantaine de salariés de l’entreprise Truck Technic, la filiale belge du groupe états-unien Meritor, ont cessé le travail durant 58 jours et ont occupé l’usine. Ils contestaient la décision de la firme de délocaliser leur entreprise vers la République tchèque et le plan social proposé par la direction dans le cadre de la procédure Renault. Natalia Hirtz et Bruno Bauraind soulignent que cette action est remarquable par sa durée et par les pratiques de lutte mises en œuvre dans une petite filiale d’une entreprise multinationale.

TABLE DES MATIERES

AVANT-PROPOS
INTRODUCTION
1. LA CONFLICTUALITÉ SOCIALE INTERPROFESSIONNELLE EN 2017 :
L’ESPACE EXIGU DE LA NÉGOCIATION Jean Faniel et Bernard Conter
2. LA CONFLICTUALITÉ FÉDÉRALE ET RÉGIONALE DANS LES SERVICES PUBLICS Vaia Demertzis
3. DE LA GRÈVE ET DU DROIT DE GRÈVE DANS LE SECTEUR DU RAIL EN 2017 Vaia Demertzis, Jean Vandewattyne et Romain Poriaux
4. LES MOBILISATIONS DU COLLECTIF DES COURSIER.E.S CONTRE DELIVEROO/Anne Dufresne-Cédric Leterme et Jean Vandewattyne
5. FN HERSTAL : UN CONFLIT D’UN AUTRE ÂGE ? Bruno Bauraind
6. GRÈVE AVEC OCCUPATION D’USINE CHEZ TRUCK TECHNIC Natalia Hirtz-Bruno Bauraind
7. LES SOLIDARITÉS MULTIPLES AU CŒUR DU CONFLIT SOCIAL DE L’INSTITUTION MISTRAL Laetitia Melon
CONCLUSION
ANNEXE : LES JOURS DE GRÈVE DURANT LA PÉRIODE 2013-2017 Kurt Vandaele

Gracos, I., Grèves et conflictualité sociale en 2017, CRISP, Courrier hebdomadaire, 103 pages, 2018. Pour commander ce numéro, rendez-vous sur la page du Crisp.