Les véhicules privés-publics de Bolloré


Newsflash n°75

Vendredi 21 janvier 2011, Raf Custers, 2280 signes.
Cet article a été visité 333 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Armateur à l’origine, Bolloré est maintenant dans tout : la logistique (85%), l’industrie (7%), la distribution d’énergie (3%) et les « médias, télécoms, plantations, holdings » (5%). En 2009, son chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
est de 6 milliards d’euros. Ses dernières initiatives visent à renforcer sa présence dans les médias avec les quotidiens gratuits (Direct Soir…) et sa chaîne de télé Direct8. Mais grâce à l’économie verte, Bolloré se voit maintenant doté d’importants appuis publics. Fin décembre le groupe a décroché le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
des véhicules électriques pour Autolib, un système d’auto-partage lancé par la mairie de Paris. Celle-ci veut qu’Autolib soit opérationnel en automne. L’originalité est que les Parisiens pourront emprunter des véhicules électriques, dans un réseau inspiré du système Vélo-Liberté (Vélib). L’abonnement d’Autolib sera de 12€ par mois et les tarifs de location de 5€ (1re demie-heure), 4€ (seconde demie-heure) et 6€ (3e et suivantes). Paris a opté pour les BlueCar, le véhicule développé par Bolloré avec les ingénieurs de Pininfarina. Bolloré devra en livrer 3000. Mais ce groupe, qui devra assumer les pertes d’exploitation du lancement, a déjà modéré les attentes en annonçant que seulement 250 BlueCar seront disponibles fin 2011 « et environ 3.500 en 2016 ». Les premières BlueCar seront commercialisées en 2011. Elles seront équipées de batteries produites par Batscap, une filiale de Bolloré située en Bretagne. Le 17 janvier dernier, une deuxième ligne de production y a été inaugurée, elle permettra de « quintupler la production ». La technologie lithium Lithium Métal blanc, alcalin, le plus léger de tous les métaux. -métal-polymère de ces batteries a été inventée par le groupe Bolloré qui en détient la propriété exclusive. Le groupe veut en produire une nouvelle génération et s’est fait accorder un prêt de 130 millions d’euros par la Banque européenne d’investissements. « Nous misons sur les technologies de pointe », a dit Philippe de Fontaine Vive de la BEI, « car elles sont un fer de lance pour l’avenir en termes de développement économique et durable ». Cette fois-ci Bolloré, qui selon son PDG Vincent Bolloré, « n’a jamais reçu de subventions », n’a pas dit non.