Le travail « maniable » ou la marchandisation du temps


Lundi 17 octobre 2016, Bruno Bauraind, 25444 signes.

Article publié dans la revue Politique n°96 Septembre Octobre 2016
http://politique.eu.org/spip.php?rubrique172

Cet article a donné lieu à une interview de l’auteur par la radio AraBel, en partenariat avec la revue politique. Pour écouter le podcast :
https://www.youtube.com/watch?v=Pt5g4dpNcqY

Cet article a été visité 524 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

En avril 2016, le ministre de l’Emploi, Kris Peeters, a présenté son projet visant à réformer de manière structurelle la législation sur le travail en Belgique.
L’élément le plus significatif de cette série de mesures : l’aménagement du temps de travail et la période de référence sur laquelle ce temps sera calculé.
Comme les autres « lois travail » [1] en Europe, le projet du gouvernement fédéral est une transformation en profondeur du système de régulation du temps de travail en Belgique.

Ca y est, la Belgique tient son projet de « loi travail » ! Le plat pays était à la traîne du concert européen en la matière. Dès 2003, le gouvernement Schröder (rouge-vert) lance un vaste plan de réforme du marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
du travail allemand [2]. Sur base de cet « exemple », les autres États-membres vont, à partir de 2010, successivement réformer leur droit du travail national pour gagner en flexibilité et en compétitivité. Nous ne traiterons pas dans cet article des pays dits de la périphérie [3]qui, depuis 2010, se sont vus imposer par la Troïka (BCE, Commission et/ou FMI FMI Fonds Monétaire International : Institution intergouvernementale, créée en 1944 à la conférence de Bretton Woods et chargée initialement de surveiller l’évolution des comptes extérieurs des pays pour éviter qu’ils ne dévaluent (dans un système de taux de change fixes). Avec le changement de système (taux de change flexibles) et la crise économique, le FMI s’est petit à petit changé en prêteur en dernier ressort des États endettés et en sauveur des réserves des banques centrales. Il a commencé à intervenir essentiellement dans les pays du Tiers-monde pour leur imposer des plans d’ajustement structurel extrêmement sévères, impliquant généralement une dévaluation drastique de la monnaie, une réduction des dépenses publiques notamment dans les domaines de l’enseignement et de la santé, des baisses de salaire et d’allocations en tous genres. Le FMI compte 188 États membres. Mais chaque gouvernement a un droit de vote selon son apport de capital, comme dans une société par actions. Les décisions sont prises à une majorité de 85% et Washington dispose d’une part d’environ 17%, ce qui lui donne de facto un droit de veto. Selon un accord datant de l’après-guerre, le secrétaire général du FMI est automatiquement un Européen.
(En anglais : International Monetary Fund, IMF)
) des plans d’austérité Austérité Période de vaches maigres. On appelle politique d’austérité un ensemble de mesures qui visent à réduire le pouvoir d’achat de la population.
(en anglais : austerity)
draconiens appelés mémorandums. Dans ces pays, en Grèce principalement, les réformes du droit du travail sont planifiées et implémentées "mécaniquement" à partir de Bruxelles. Les autres États-membres, sous surveillance [4] de Bruxelles, ont tout d’abord connu une période de rigueur budgétaire plus « souple ». Depuis quelques années, c’est un choc néolibéral, sur le modèle de ceux testés dans les pays de la périphérie, qui leur est administré. Les exemples ne manquent pas : le licenciement sans justification en Espagne, la multiplication des CDD sans justification de l’employeur permise par le Jobs Act en Italie, un nouveau pacte social visant l’allongement du temps de travail en Finlande et, évidemment, la désormais fameuse loi El Khomri en France.
Pour les dirigeants européens, peu importe la couleur politique, l’heure est à la transformation structurelle du travail, en particulier à l’aménagement de son temps.

 Travail « maniable », travail « faisable »

En Belgique, dès l’accord de gouvernement d’octobre 2014, la coalition conservatrice au pouvoir ne cache pas son ambition d’"assouplir" le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
du travail. Le projet prendra corps à partir de février 2016. Selon Kris Peeters, ministre de l’Economie et de l’Emploi, l’heure est à l’expérimentation sociale. Certaines entreprises doivent pouvoir prendre des libertés ponctuelles avec des prescriptions légales pour procéder à des tests grandeur nature. C’est à partir de là que dans la presse spécialisée [5], les termes de « travail faisable » (werkbaar werk) et de "travail maniable" (wendbaar werk) font leur apparition.
L’empirisme patronal sera de courte durée. Deux mois plus tard, sous le prétexte d’un banal conclave budgétaire, le gouvernement décide de passer à la vitesse supérieure. Pour plaire à la Commission européenne, il faut brandir, dans la hâte, l’étendard de la réforme structurelle comme résultat d’un exercice budgétaire ponctuel. Après les salaires et les pensions, c’est donc au tour du temps de travail de se voir réformer.

Comme expliqué ci-dessus, cette réforme s’articule autour de deux notions, incompréhensibles pour le commun des mortels, et difficilement traduisibles en français : le travail faisable et le travail maniable. Selon le ministre, il s’agirait de répondre à la numérisation de l’économie, aux nouvelles exigences de flexibilité et de compétitivité tout en assurant au travailleur un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Actuellement, la note Peeters [6] est un catalogue de mesures, composé d’une part, d’un socle commun et d’autre part, d’un menu adaptable selon les secteurs.
La mesure phare du socle commun, celle qui a relancé un cycle de contestation sociale en Belgique, vise l’annualisation du temps de travail. Depuis le 1er janvier 2003, le temps de travail hebdomadaire en Belgique est limité à 38 heures. Le ministre de l’Economie et de l’Emploi veut modifier la période de référence pour le calcul de la durée du temps de travail.
De la semaine, on passerait à l’année. Ce changement n’est évidemment pas sans enjeux. Le premier touche au paiement des sursalaires. Aujourd’hui, les heures supplémentaires ou les horaires atypiques sont valorisés par des sursalaires ou des jours de récupération. En lissant le temps de travail sur une année, la réforme Peeters permet d’une part d’adapter le temps de travail aux besoins de l’entreprise mais, surtout de mettre fin au paiement d’heures supplémentaires. En période de haut niveau de production, les salariés pourraient travailler 3 mois à raison de 45 heures par semaine. Ces heures supplémentaires ne donneront pas lieu à un sursalaire si les travailleurs récupèrent ces heures à un moment creux de l’année.
Le travail « maniable » de Kris Peeters permet donc au patronat d’adapter le besoin de main-d’œuvre aux contraintes du marché tout en baissant le coût salarial Coût salarial Montant de la rémunération réelle et totale versée par le patron ou l’entreprise aux travailleurs actifs. Le terme « coût » est en fait impropre et est considéré uniquement du point de vue de la firme. Il comprend deux éléments : le salaire direct ou salaire poche et le salaire indirect ou différé. Le premier est ce que le travailleur reçoit en propre, sur son compte ou en liquide. Le second comprend les cotisations à la Sécurité sociale (ouvrières et patronales) et le précompte professionnel (voir ce terme). C’est ce que le travailleur reçoit lorsqu’il est en période, momentanée ou non, d’inactivité. En réalité, cet argent sert à payer les inactifs du moment. Mais si le travailleur tombe lui-même dans cette situation, il sera financé par ceux qui restent en activité à cet instant. C’est le principe de solidarité. Le salaire différé fait donc bien partie de la rémunération totale du travailleur.
(en anglais : total labour cost ou, de façon globale, compensation of employees)
.
Pour ce qui est du travail « faisable », le concept recouvre, selon le ministre, un système d’aménagement de la carrière qui doit permettre au travailleur d’épargner ses congés pour les prendre plus tard, d’aménager des horaires flottants ou encore de pratiquer le « don de congés » entre collègues [7].

 Du neuf avec du vieux ?

Avant de poser la question des enjeux de fond de cette note Peeters, on peut, avec Esteban Martinez et Claude Lambrechts, s’interroger sur le caractère innovant des mesures proposées. Depuis 1993, à l’échelle de l’Europe, la directive temps de travail préconise déjà une réforme de la période de référence du calcul du temps de travail dans les États-membres. Cette directive fixe la durée de travail hebdomadaire maximale à 48 heures par semaine en moyenne sur 4 mois (heures supplémentaires incluses) [8]. Elle permet même l’annualisation du temps de travail dans certains cas [9].
Pour le coup, la Belgique n’a pas attendu l’Europe. Au début des années 1980, le gouvernement conservateur Martens V, composé des libéraux et des sociaux-chrétiens, décide, comme à l’habitude, de plancher sur la compétitivité de l’économie belge. Entre 1981 et 1985, l’État belge subit un premier choc néolibéral composé comme aujourd’hui de blocages des salaires (1982 et 1984), de diminution des cotisations sociales employeurs (1982), de subsides aux entreprises (prime à l’embauche), de politiques d’activation des chômeurs (1982 et 1983) ou de mesures visant à flexibiliser le temps de travail à travers la notion de durée hebdomadaire moyenne de travail.
Cette notion introduit dès 1983 la possibilité d’annualiser le temps de travail en Belgique. Ces mesures sont contenues dans une loi dite de « redressement » [10]. Outre la réduction de la protection des délégués syndicaux et l’affaiblissement de l’encadrement juridique du contrat de travail, cette loi vise principalement à aménager le temps de travail en Belgique. L’examen de la durée du travail hebdomadaire se fera désormais en moyenne sur une période allant d’un trimestre à l’année selon les cas [11].
Cette petite flexibilité offre déjà à l’époque la possibilité aux entreprises de déroger aux limites maximales de la durée journalière (jusqu’à 9 heures) et hebdomadaire (jusqu’à 45 heures) de travail. En 1987, on y ajoutera des régimes spécifiques quant au travail de nuit et du week-end dans le cadre des « nouveaux régimes de travail ». Pour éviter la prestation d’un trop grand nombre d’heures supplémentaires, un garde-fou, appelé limite interne, a été prévu par le législateur. Lorsque les heures supplémentaires atteignaient un certain seuil, l’employeur devait automatiquement octroyer des récupérations au travailleur. Le seuil de cette limite interne fut constamment repoussé pour autoriser aujourd’hui jusqu’à 143 heures de dépassement.
Certaines entreprises vont plus loin. En Belgique, le secteur automobile a connu une flexibilisation forte depuis les années 1980. Celle-ci a atteint son apogée en 2006 lors de la reprise par Audi du site bruxellois de Volkswagen. La nouvelle direction de l’usine exige alors l’adoption du « Plus minus conto » en échange de ses investissements. Il s’agit d’une adaptation du temps de travail en fonction du cycle de vie d’un modèle de voiture. La comptabilité du temps de travail se fait dès lors sur une durée de six ans [12]. Ce système est une nouvelle dérogation à la loi sur le temps de travail et sur les heures supplémentaires en Belgique. Les organisations syndicales de la métallurgie refuseront cependant l’extension de ce système à l’ensemble du secteur.

Après ce rapide coup d’œil dans le rétroviseur, on peut s’interroger sur le caractère innovant de la note Peeters. Les principales mesures contenues dans la note Peeters existent déjà. Ce que propose le ministre CD&V est une généralisation des mesures les plus permissives, le « Plus minus conto » par exemple, mises en place depuis les années 1980 en Belgique, mais laissées jusqu’à présent au jeu de la négociation collective. Le projet Peeters relève donc plus de la transformation du mode de régulation du temps de travail en Belgique que de pratiques innovantes en la matière.

 Travailleur autonome et décentralisation de la négociation collective

Durant plus de trente ans, la flexibilité productive s’est donc négociée principalement au niveau interprofessionnel ou dans les secteurs. Le projet Peeters vise à rompre avec cette logique de concertation sociale en inscrivant l’annualisation du temps de travail dans le marbre. Comme pour les lois sur le blocage des salaires, cette politique aurait pour effet d’enlever toute substance à une négociation sur le temps de travail, tout ayant été cadenassé par le pouvoir exécutif. Ce type de politique vise donc aussi à inverser la hiérarchie des normes en décentralisant la négociation vers le niveau de l’entreprise, voire de l’individu, puisqu’il n’y a plus rien à négocier aux niveaux supérieurs (et protecteurs) de la négociation. Sous le vernis du discours « win-win » apparaît une nouvelle offensive du gouvernement Michel contre les organisations syndicales et le système de concertation sociale.

C’est dans cette logique, que le ministre Peeters propose également de créer, entre le salarié et l’indépendant un nouveau statut en Belgique, celui de travailleur autonome. Bizarrement, cette mesure fait moins de bruit que l’annualisation du temps de travail. Pourtant, cette réponse au lobbying intense des géants de l’économie numérique tel qu’Uber va un pas plus loin dans l’institutionnalisation en Belgique de ce que le sociologue français, Robert Castel, désigne comme le précariat [13]. Comme l’auto-entrepreneur français, le travailleur autonome belge se verra coincé dans une individualisation croissante de sa relation à l’employeur.

Cette volonté de décentraliser la négociation collective et d’inverser la pyramide des normes est un des traits communs à l’ensemble des « lois travail » qui fleurissent aujourd’hui en Europe. Elle se trouve au cœur de la contestation contre la loi El Khomri en France [14]. La réforme du Code du travail français vise en effet à augmenter le poids des accords d’entreprise par rapport aux réglementations sectorielles. Pour le patronat, il s’agit de permettre aux entreprises de s’adapter au contexte économique. A l’inverse, les syndicats mettent en avant l’asymétrie des négociations d’entreprise, le risque de chantage à l’emploi et le déséquilibre qui existera entre les grandes entreprises et les plus petites ou les travailleurs ne pourront se prévaloir d’un véritable rapport de force.
Ce qui est certain, c’est que les « lois travail » européennes répondent à une logique de régulation par le marché. En donnant la préséance aux accords d’entreprise sur les autres niveaux, cette lame de fond réintroduit le temps de travail, comme les salaires, dans la concurrence entre les entreprises. Le patron qui parviendra à négocier une plus grande flexibilité pourra en retirer un avantage compétitif par rapport à ses concurrents. Ces derniers n’auront d’autres choix que de l’imiter. Par les lois travail, les élites européennes réintroduisent brutalement la durée (le temps) et le prix (le salaire) du travail dans le marché. A l’image du salaire, le temps de travail en Europe passe progressivement de l’état de droit négocié à l’état d’indicateur de compétitivité [15].

 Le licenciement crée l’emploi ?

Autre similitude entre les lois travail, la volonté d’assouplir les règles en matière de licenciement… L’adage patronal veut que les entreprises n’embauchent pas parce qu’il est trop contraignant de licencier. Il faudrait donc permettre aux entreprises de virer plus facilement pour créer de l’emploi. Reprise en cœur par les économistes inféodés aux patronats européens, à grands renforts d’une communication bien rôdée sur le thème du « tout est mieux (et plus flexible) chez les Nordiques », ce mantra néolibéral repose sur une double imposture.
Tout d’abord, les entreprises ne créent pas d’emplois, elles opérationnalisent ceux que leur carnet de commandes permet. Ensuite, un licenciement engendre, dans le meilleur des cas, un engagement sur le poste de travail existant, et non, sur un nouveau poste. Comme le rappelle Michel Husson, il s’agit là du « cycle de l’emploi », et pas d’une politique d’emploi. Sauf que, en permettant aux entreprises de licencier plus rapidement, la loi permet au "marché du travail" de tourner à plein régime et d’intensifier la mise en concurrence des salariés.

Si, comme l’explique Adoracion Gaman, les modalités de licenciement sont au cœur des réformes du droit des travailleurs en Espagne et en France (loi El Khomri) [16], la thématique semble moins présente dans le projet de réforme belge. Cependant, la normalisation de l’intérim au travers d’un contrat intérimaire à durée indéterminée vise à transférer le « risque » de l’engagement de l’employeur vers des entreprises spécialisées en location de main-d’œuvre. Le social-chrétien belge Peeters rejoint là, au moins dans la philosophie, la socialiste El Khomry et le conservateur espagnol Rajoy.

 Travailler moins pour travailler tous

Outre un nouveau cycle de conflictualité sociale, le projet de loi de Kris Peeters a eu pour effet de remettre la réduction collective du temps de travail (RCTT) à l’agenda du monde progressiste. Qu’il s’agisse des organisations syndicales, de mouvements citoyens ou des partis politiques, la réduction du temps de travail semblait avoir perdu un peu de son urgence depuis quelques années. Il s’agit pourtant d’une revendication historique du mouvement ouvrier. Comme le rappelait Erik Rydberg en prélude à la soirée d’Econosphères : « Réduire le temps de travail a des racines profondes dans les luttes sociales (…) La fameuse loi du 1er mai 1848, venue limiter en Grande-Bretagne la journée de travail à 10 heures, sera marquée d’une pierre blanche dans l’Adresse inaugurale de la Première internationale des travailleurs en 1864. » [17]
La réduction du temps de travail est, en Occident, une tendance lourde depuis près de deux siècles. Selon Jean-Marie Harribey, le temps de travail en France fut réduit de moitié entre 1840 et l’an 2000 [18]. Revendiquer la réduction collective du temps de travail, c’est donc tout simplement aller dans le sens de l’histoire… sauf peut-être pour la période contemporaine.
Comme le démontre l’économiste Philippe Defeyt dans un article récent, le temps de travail annuel moyen a fortement baissé en Belgique depuis les années 1950. Le Belge de 2015 travaille en moyenne 650 heures de moins par an que le Belge de 1955. Cependant, depuis les années 1980, cette tendance ne se vérifie plus. La courbe stagne [19].
Ce coup d’arrêt dans la tendance baissière du temps de travail en Belgique et en Europe n’est pas sans rapport avec l’avènement de gouvernements néolibéraux un peu partout en Europe au tournant des années 1980. La revendication de réduction collective du temps de travail, portée par une majorité de syndicats européens et la Confédération européenne des syndicats à la fin des années 1970, se voit alors défigurée par le patronat. En Belgique, sur fond de crise du modèle fordiste les expressions de « partage du temps de travail » ou d’ « aménagement du temps de travail » font irruption dans les discours du gouvernement Martens-Gol à partir de 1981 [20]. Le ver de la flexibilité est dans le fruit de la réduction collective du temps de travail.
C’est en France qu’une des dernières tentatives de réduction collective du temps de travail a eu lieu. En tout cas dans un pays limitrophe de la Belgique. Le passage aux 35 heures ne s’est pas fait sans heurts. Rares sont les dispositions législatives prises par un gouvernement européen à la fin des années 1990 qui tiennent encore le haut du pavé médiatique un quart de siècle plus tard. L’explication comme la revendication est politique. Comme l’actuel, le patronat de l’époque est résolument opposé à toute baisse du temps de travail. Tous les gouvernements de droite qui ont succédé à celui de Lionel Jospin n’ont eu de cesse de dénoncer les 35 heures et d’essayer de les contourner. Plus récemment, c’est le prix Nobel d’économie Jean Tirol qui chargeait la réduction collective du temps de travail. Selon lui, les emplois créés par les 35 heures relèvent du fantasme. Pour Michel Husson, le constat est tout autre, les lois Aubry [21] ont permis de créer 500 000 emplois en France. Le travail d’évaluation des 35 heures réalisé par le ministère du travail français en 2004 s’accorde sur un chiffre plus modeste de 350 000 emplois [22]. Peu importe le chiffre, comme le souligne Michel Husson « si cette simultanéité entre créations d’emplois et baisse du temps de travail ne suffit pas à établir un lien de causalité, il devrait au moins exister une présomption favorable » [23]. Pour la présomption favorable, il faudra repasser. Si les forces conservatrices se déchaînent, tant en France qu’en Belgique, à la simple évocation d’une réduction du temps de travail, c’est que cette revendication historique du mouvement ouvrier porte en elle un projet de transformation sociale profond.

 Entre le pragmatisme de l’emploi et la révolution du temps

Depuis les années 1980, dans tous les pays européens, le partage de la richesse Richesse Mot confus qui peut désigner aussi bien le patrimoine (stock) que le Produit intérieur brut (PIB), la valeur ajoutée ou l’accumulation de marchandises produites (flux).
(en anglais : wealth)
entre les détenteurs de capitaux et les revenus du travail s’établit de plus en plus à l’avantage des premiers. Même les économistes de l’OCDE OCDE Organisation de Coopération et de Développement Économiques : Association créée en 1960 pour continuer l’œuvre de l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) chargée de suivre l’évolution du plan Marshall à partir de 1948, en élargissant le nombre de ses membres. A l’origine, l’OECE comprenait les pays européens de l’Ouest, les États-Unis et le Canada. On a voulu étendre ce groupe au Japon, à l’Australie, à la Nouvelle-Zélande. Aujourd’hui, l’OCDE compte 34 membres, considérés comme les pays les plus riches de la planète. Elle fonctionne comme un think tank d’obédience libérale, réalisant des études et analyses bien documentées en vue de promouvoir les idées du libre marché et de la libre concurrence.
(En anglais : Organisation for Economic Co-operation and Development, OECD)
ne peuvent contredire cette évolution. En Belgique, dans le secteur dit marchand, la part salariale dans le PIB PIB Produit intérieur brut : richesse marchande créée durant une période déterminée (souvent un an) sur un territoire précisé (généralement un pays ; mais, en additionnant le PIB de tous les pays, on obtient le PIB mondial).
(en anglais : Gross Domestic Product ou GDP)
a reculé de quelque 6,4% entre 1985 et 2015. En trente ans, c’est donc plus de 16 milliards d’euros, aux prix de 2015, qui sont passés de la part des salaires aux revenus du capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
 [24]. En comparaison, lors du conclave budgétaire d’avril dernier, le gouvernement Michel cherchait entre 1 et 2 milliards d’euros…

Pour mettre fin à cette financiarisation Financiarisation Terme utilisé pour caractériser et dénoncer l’emprise croissante de la sphère financière (marchés financiers, sociétés financières...) sur le reste de l’économie. Cela se caractérise surtout par un endettement croissant de tous les acteurs économiques, un développement démesuré de la Bourse et des impératifs exigés aux entreprises par les marchés financiers en termes de rentabilité.
(en anglais : securitization ou financialization)
croissante de l’économie qui produit de l’instabilité et des inégalités sociales toujours plus fortes – les détenteurs d’actions n’ont en effet pas souvent le même profil sociologique que les personnes vivant uniquement de leur travail – des solutions existent.
La première consiste à augmenter les salaires à temps de travail égal. La seconde à diminuer le temps de travail à salaire égal. La troisième, plus radicale, à augmenter les salaires en diminuant le temps de travail. Le rapport de force actuellement défavorable au monde du travail oblige cependant les organisations syndicales à aborder la RCTT avec une dose de pragmatisme. Du côté de la FGTB fédérale, la proposition de réduction collective du temps de travail n’est pas chiffrée. Elle doit se faire progressivement avec embauche compensatoire. Pour le syndicat socialiste, le financement de cette mesure est neutre, car il sera assuré par la mobilisation des réductions de cotisations sociales déjà octroyées par le gouvernement Michel aux entreprises. La proposition de la CNE est plus précise. Il s’agit de passer à « la semaine de 4 jours (32 heures), sans perte de salaire, avec embauche compensatoire, sans augmentation des cadences » [25]. Pour le financement, la centrale des employées de la CSC reste plus floue même si elle met également en avant la possibilité de négocier la réduction du temps de travail en contrepartie des mesures d’austérité Austérité Période de vaches maigres. On appelle politique d’austérité un ensemble de mesures qui visent à réduire le pouvoir d’achat de la population.
(en anglais : austerity)
salariale.

A prendre le verre à moitié plein, le fait que les syndicats renouent avec une revendication offensive de réduction collective du temps de travail fait souffler un vent frais sur le mouvement social en Belgique. A prendre le verre à moitié vide, n’est-il pas risqué d’utiliser les réductions de cotisations sociales, même si elles ont déjà été accordées, comme monnaie Monnaie À l’origine une marchandise qui servait d’équivalent universel à l’échange des autres marchandises. Progressivement la monnaie est devenue une représentation de cette marchandise d’origine (or, argent, métaux précieux...) et peut même ne plus y être directement liée comme aujourd’hui. La monnaie se compose des billets de banques et des pièces, appelés monnaie fiduciaire, et de comptes bancaires, intitulés monnaie scripturale. Aux États-Unis et en Europe, les billets et les pièces ne représentent plus que 10% de la monnaie en circulation. Donc 90% de la monnaie est créée par des banques privées à travers les opérations de crédit.
(en anglais : currency)
d’échange pour faire avaler la pilule de la réduction collective du temps de travail au patronat ?
Pour certains, il s’agit d’une stratégie pragmatique. Dans cette optique, la réduction du temps de travail agit indirectement sur la distribution primaire du revenu. Elle doit permettre la baisse du chômage qui, par un effet retour difficilement chiffrable, diminuera la pression sur les salaires [26]. Reste une question politique. Alors que le déficit de la Sécurité sociale s’alourdit suite aux Tax shift [27] et aux réductions de cotisations sociales, est-il opportun de donner une quelconque caution, soit-elle progressiste, à cette destruction en règle de notre système de protection sociale ?

 


Pour citer cet article :
Bruno Bauraind, "Le travail « maniable » ou la marchandisation du temps", Gresea, ocotbre 2016, texte disponible à l’adresse : http://www.gresea.be/spip.php?article1551







[1Le 19 mai 2016, le réseau Econosphères accueillait Adoracion Gaman (Université de Valence), Claude Lambrechts (CNE-CSC), Esteban Martinez (ULB) et Michel Husson (Ires-France) pour un débat et une mise en perspective comparative sur les lois travail en Europe. Cet article prend appui sur leurs interventions pour tenter de synthétiser les enjeux de fonds des réformes en cours.

[2Ce plan de réforme du marché du travail et de la sécurité sociale mis en place en Allemagne entre 2003 et 2005 est connu sous le nom d’ « Agenda 2010 ». Les lois Hartz constituent les dispositions les plus brutales de ce plan. Voir à ce sujet : M.Veil, Les lois Hartz, plus qu’une réforme du marché du travail ?, Chronique internationale de l’Ires n°92, 2005.

[3Grèce, Portugal, Irlande, Roumanie, Lettonie, Hongrie.

[4France, Belgique, Bulgarie, Slovénie, Italie, Espagne.

[5Comment rendre le travail « faisable », RH Magazine, février 2016.

[6Il ne s’agit pas encore d’une loi, au moment de rédiger ce texte.

[7Cl. Lambrechts, Loi Peeters, non merci !, Centrale nationale des employés de la CSC, présentation power point disponible sur le site Econosphères à l’adresse http://urlz.fr/3QKr .

[8C. Gobin, Les faussaires de l’Europe sociale, Le Monde diplomatique d’octobre 2015.

[9L. Vogel, Les surprises de la directive communautaire concernant certains aspects de l’aménagement du temps de travail, Bruxelles, L’année sociale 1996, 1997, pp. 423-446.

[10Arrêté royal n°225 du 7 décembre 1983 et la Loi de « redressement » du 22 janvier 1985.

[11L. Van Outrive et J. Cuypers, Travail au noir et position socio-économique, Déviance et société, 1989, vol. 13, n°4., pp. 281-300.

[12H. Houben, Les restructurations dans l’industrie automobile en Belgique, Bruxelles, Crisp, CH, n°2295-2296, 2016.

[13Selon Robert Castel, la précarité dans nos sociétés devient une condition permanente, un registre comme un autre de l’organisation du travail. Sur ce thème, voir le dossier de POLITIQUE « Le précariat entre contrainte et liberté » (n°46, octobre 2006, http://urlz.fr/3QKy).

[14P. Bouffartigue, B.Giraud, F. Décosse, A-M Arborio et C. Eyraud, Un projet de loi inefficace pour l’emploi, une précarisation généralisée du travail et des travailleurs, LEST-CNRS, 24 mars 2016.

[15A. Dufresne, Le salaire kidnappé, Gresea, novembre 2015. Article disponible à l’adresse : http://www.gresea.be/spip.php?article1448

[16A. Gaman et F. Trillo, Le syndicalisme en (dans la) crise. Quelques réflexions à partir des réformes du marché du travail en Espagne, Savoir/Agir, n°27 de mars 2014.

[17E. Rydberg, La réduction du temps de travail : essai d’abécédaire, Bruxelles, Gresea, mai 2016. Article disponible à l’adresse http://urlz.fr/3QKt .

[18J.-M. Harribey cité par L. Abdelmalki et A. Peeters, « Alternatives économiques et sociales, Pour entrer dans le XXIe siècle », Limonest, L’Interdisciplinaire, 2000, pp. 87-98.

[19Ph. Defeyt, Temps de travail : évolutions historiques et enjeux de court et moyen termes, IDD, janvier 2016.

[20C. Gobin, « Un certain regard sur la revendication syndicale de la réduction du temps de travail : 1975-1985, dix ans qui font un siècle de différence ! », La Revue Nouvelle, Bruxelles, n°4, avril 1993, pp. 40 à 53.

[21Du nom de Martine Aubry, ministre de l’Emploi sous le gouvernement Jospin.

[22Cité par M. Husson, Créer des emplois en baissant les salaires ?, Bellecombe-en-Bauges, Editions du Croquant, 2015, page 57.

[23M. Husson, Les 35 heures, c’est 500 000 emplois, article disponible sur le site de l’auteur à cette adresse http://urlz.fr/3QKx .

[24Estimation chiffrée de Reginald Savage sur base des projections à moyen terme du Bureau fédéral du Plan (mars 2016).

[25Claude Lambrechts, idem.

[26C’est la thèse qui est notamment défendue par Pierre Larrouturou en France.

[27Le Tax shift est une réforme de la fiscalité initiée par le gouvernement Michel 1er. Elle vise à faire glisser une partie de la contribution fiscale des revenus du travail vers d’autres postes comme la TVA par exemple.

P.-S.

Article publié dans la revue Politique n°96 Septembre Octobre 2016
http://politique.eu.org/spip.php?rubrique172

Cet article a donné lieu à une interview de l’auteur par la radio AraBel, en partenariat avec la revue politique. Pour écouter le podcast :
https://www.youtube.com/watch?v=Pt5g4dpNcqY