Gresea Echos 83, septembre 2015

Encyclopédie des multinationales


Lundi 21 septembre 2015, Gresea, 4395 signes.

Pour consulter la revue en ligne : http://bit.ly/1RuagYh

Cet article a été visité 551 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

http://www.mirador-multinationales.be/

Démanteler le pouvoir des multinationales ?

"C’est le marché qui décide, ce n’est pas la démocratie". C’est en ces termes que Susan George, grande figure du mouvement altermondialiste, dénonce les négociations en cours entre les États-Unis et l’Union européenne pour l’établissement futur d’un partenariat commercial transatlantique (TTIP) [1]. Par le "marché", la militante désigne quelques centaines de grandes entreprises multinationales qui ont acquis tout au long du 20e siècle, comme le montre Henri Houben dans les pages qui suivent, un pouvoir économique et politique leur permettant de mettre en cause la souveraineté des États et de contourner les procédures démocratiques.

Un pouvoir économique tout d’abord. Dans une économie mondiale caractérisée par la libre circulation des marchandises et des capitaux, ce concept exprime la capacité qu’ont ces entreprises à influencer le développement économique d’une région, le niveau de vie et des salaires dans un pays ou le système de concertation sociale en place. Leur pouvoir politique découle du premier. Il est la conséquence, notamment, du "chantage à l’emploi" ou du "chantage à la délocalisation". Il permet aux directions des entreprises multinationales de peser sur la décision politique en contournant les exigences démocratiques.

C’est ce défi posé à la démocratie que des centaines d’associations, d’ONG et de syndicats ont décidé de relever en revendiquant l’adoption par les Nations unies d’un traité contraignant les multinationales à respecter les droits des humains [2]. Cette initiative, aussi louable et nécessaire soit-elle, peinera cependant à mobiliser les foules en dehors des cercles militants convaincus des dégâts sociaux et environnementaux engendrés par l’activité de ces firmes. En effet, si elles manquent assurément de moralité ou d’éthique, les multinationales sont aussi de grandes pourvoyeuses d’emplois et de salaires, souvent plus élevés que dans des entreprises plus petites souffrant d’ailleurs de la pression exercée par les premières. Il est assez facile de comprendre dès lors que pour une majorité de travailleurs, qu’ils soient africains ou européens, "boucler le mois" prendra le pas sur la réglementation des activités des grandes entreprises.

Pour le Gresea, "démanteler" le pouvoir des multinationales passe d’abord par l’éducation populaire. Il faut être à même d’expliquer pourquoi ces entreprises détruisent plus d’emplois qu’elles n’en créent ou encore de quelle façon, elles participent à la montée des inégalités, à la détérioration des conditions de travail ou à la destruction des écosystèmes. Il faut faire sortir le travailleur belge des murs mentaux de son usine pour qu’il ajoute à sa compréhension des enjeux locaux, le statut international de son employeur. "Comprendre un licenciement collectif ici en s’informant sur ce qui se passe là-bas", c’est ce que nous contraint de faire la mondialisation économique. C’est aussi ce que propose, à sa modeste échelle, le projet Mirador du Gresea qui est au centre de cette livraison du Gresea Echos. Une pierre à un édifice de démocratisation de l’économie qui est, selon nous, une condition sine qua non à une réglementation politique de ce "marché qui décide".

Bruno Bauraind


 

Sommaire

Gresea Echos N°83, 3e trimestre 2015 : Encyclopédie des multinationales. www.mirador-multinationales.be

  • Edito : Démanteler le pouvoir des multinationales ? Bruno Bauraind
  • Mirador : un projet d’éducation à l’entreprise multinationale. Bruno Bauraind
  • Le monitoring citoyen, de l’antiquité à nos jours. Erik Rydberg
  • Brève histoire des multinationales. Henri Houben
  • Comment naviguer sur Mirador. Romain Gelin

 


 

Commander ce numéro
Veillez à préciser le n°.
[*Prix unitaire : 3 € hors frais de port*]

 


 

Abonnez-vous à notre revue "Gresea Echos"

[*Abonnement annuel : 8 €*]





[1Le magazine français Marianne, article mis en ligne le 17 mai 2014.

P.-S.

Pour consulter la revue en ligne : http://bit.ly/1RuagYh