Congo : les patrons miniers de plus en plus agressifs


Mercredi 3 juin 2015, Raf Custers, Romain Gelin, 11347 signes.
Cet article a été visité 1209 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le régime minier au Congo devient draconien. C’est dans ce style menaçant et peu propice au compromis que la Chambre des Mines de la RDC réitère son exigence : le cadre réglementaire pour les grandes mines doit devenir davantage laxiste qu’il ne l’est déjà. Les entreprises multinationales rapatrient pourtant plus de profits du Congo qu’elles n’y investissent.

Une véritable lutte des grands intérêts économiques se déroule actuellement au Congo. D’un côté on trouve les autorités de la République Démocratique du Congo, de l’autre la Chambre des Mines. L’enjeu ? Le cadre réglementaire, le Code minier de 2002 en révision, et les revenus liés à l’exploitation des minerais bien sûr.

Le Code garantit qu’une partie des revenus de l’industrie extractive (les mines de minerais) soit rendue au pays. Il indique aussi comment les entreprises minières peuvent opérer. Le Code en vigueur largement inspiré par la Banque mondiale Banque mondiale Institution intergouvernementale créée à la conférence de Bretton Woods (1944) pour aider à la reconstruction des pays dévastés par la deuxième guerre mondiale. Forte du capital souscrit par ses membres, la Banque mondiale a désormais pour objectif de financer des projets de développement au sein des pays moins avancés en jouant le rôle d’intermédiaire entre ceux-ci et les pays détenteurs de capitaux. Elle se compose de trois institutions : la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), l’Association internationale pour le développement (AID) et la Société financière internationale (SFI). La Banque mondiale n’agit que lorsque le FMI est parvenu à imposer ses orientations politiques et économiques aux pays demandeurs.
(En anglais : World Bank)
était, tout le monde s’en accorde, ‘libéral’ et avantageux pour les capitaux privés. La meilleure preuve ? Les capitaux étrangers ont facilement trouvé le chemin du Congo, sous la forme d’investissements directs étrangers. Pas étonnant avec des redevances minières ne dépassant pas les 2,5% pour les métaux précieux et 2% pour les non-ferreux (dont le cuivre et le cobalt) et des clauses qui permettent « aux entreprises de sortir librement des cadres de la législation nationale lorsque leurs intérêts financiers le justifient pour privilégier une « logique contractuelle » et obtenir les conditions d’exploitation les plus favorables » [1].

Mais le Code minier prévoyait une révision endéans les dix ans. Et là, ça a bloqué. Le Congo voudrait augmenter ce qu’il perçoit de l’extraction et des exportations de ses richesses minérales. Mais les grands capitaux étrangers ne l’entendent pas de la même oreille. La dispute dure depuis que la révision du Code minier a été initiée.

 Lobbying minier

Rappelez-vous notre documentaire « Avec le Vent » [2], réalisé en RDC début 2013. On peut y observer la manière dont les patrons entrevoient le nouveau code minier, à l’instar du Sud-Africain Mark Bristow de RandGold (dont les grands actionnaires ne sont pas des industriels, mais des financiers), un brin énervé à l’idée que son entreprise doive s’acquitter de taxes supplémentaires. Bristow tout comme les autres patrons « pro-mine » ne mâchaient pas leurs mots. Leurs propos étaient proches du chantage. Deux ans plus tard, le grand capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
minier intensifie sa guerre verbale. Ses points de vue et revendications sont énoncés par les patrons de Freeport McMoran (États-Unis), Katanga Mining (filiale de Glencore, Suisse), et Randgold ; la Chambre des Mines leur faisant office de porte-parole.

La Chambre vient de publier son premier rapport trimestriel pour l’année 2015. On y lit ce qui suit : « les entreprises réorientent leurs investissements vers les pays aux régimes fiscaux plus attractifs, à un moment où le régime du Congo devient plus draconien ». [3] Ceci est une distorsion de ce qui se passe actuellement dans le secteur extractif mondial.

Ce secteur est victime de la crise économique qui ne cesse de frapper le monde industrialisé. La demande de minerais diminue, ceci pouvant largement s’expliquer par le ralentissement de la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
chinoise. Mais l’oligarchie des industries extractives n’a pas diminué ses capacités pour autant, bien au contraire. On le voit pour les capacités de production de pétrole et de gaz, en progression continue malgré la crise. On le voit aussi pour les capacités de production des minerais de métaux, comme le fer, le cuivre et l’or.

Les niveaux de production sont décidés par les plus grandes entreprises, d’où l’emploi du qualificatif d’ « oligarchie ». Ce sont elles qui inondent un marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
saturé. Que les prix des matières premières de base tombent, et que les marges de profit des entreprises se rétrécissent n’a donc rien de surprenant. Les grandes entreprises cherchent à répercuter cette situation temporairement désavantageuse pour elles sur les pays dans lesquels elles opèrent. C’est bien cela, le fond de la guerre des nerfs au Congo.

 Ralentissement : vraiment ?

« Les grandes entreprises minières ralentissent toutes », écrit encore la Chambre des Mines.

Examinons les propres chiffres de la Chambre des mines pour voir la véracité de ces propos. Toutes les productions, sauf celle de cobalt et de cassitérite, ont progressé au Congo lors du premier trimestre.

Voici le tableau des pourcentages qui expriment la différence avec le premier trimestre de 2014 :

Unité 2015/14 (en %)
Cuivre Tonne +3,2
Cobalt Tonne -2,6
Zinc Tonne 4,7
Or Kg 31,2
Coltan Tonne 33,8
Wolframite Tonne 16
Cassitérite Tonne -15,1

Source : Chamber of Mines of the DRC, Q1 2015 Report

Mais la thèse que « tout ralentit » devient intenable lorsqu’on regarde la production pour l’ensemble de l’année 2014 par rapport à 2013. [4]

Production 2014 (et différence 2013)

Unité Prod 2014 Prod 2013 2014/13 (en%)
Cuivre Tonne 1029800 914631 12.6
Cobalt Tonne 66915 58792 13.8
Zinc Tonne 14584 12806 13.9
Or Kg 19568 6149 218.2
Diamant 1000 carats / 17799 /
Coltan Tonne 1324 697 90
Wolframite Tonne 25 115 -78.3
Cassitérite Tonne 10756 7567 42.1

Source : Rapport annuel 2014, Chambre des Mines/Fédération des entreprises du Congo.

Le Congo produit maintenant plus de 1 million de tonnes de cuivre par an, une performance jamais réalisée auparavant.La production maximale de cuivre en RDC avait été atteinte dans les années 1980, à l’apogée de la Gécamines : autour de 500.000 tonnes de cuivre produites par an – soit moins de la moitié de la production actuelle. Le pays, qui détient les plus grandes réserves, reste le plus grand producteur de cobalt. Cela ne se fait pas sans difficulté, comme la production de diamant semble le démontrer. Mais l’exploit est indéniable. Les exportations croissent à un rythme soutenu. La quasi-totalité des minerais est exportée.

Exportations 2014 (et différence 2014)

Unité Export 2014 Export 2013 2014/13 (en%)
Cuivre Tonne 1027728 888657 16.3
Cobalt Tonne 68069 58843 15.7
Zinc Tonne 13019 11819 10.2
Or Kg 19252 6149 213.1
Diamant 1000 carats 13214 15614 -15.4
Coltan Tonne 0 / /
Wolframite Tonne 0 / /
Cassitérite Tonne 0 / /

Source : Rapport annuel 2014, Chambre des Mines/Fédération des entreprises du Congo.

Si des entreprises ralentissent leur rythme de production, c’est qu’elles y sont contraintes par le ralentissement économique mondial et la baisse des prix des matières premières sur les marchés mondiaux. Dans ce contexte, les entreprises prennent peur que leurs revenus soient sous pression.

Pour cette raison, la Chambre des Mines admet que la révision du Code minier « ne pourrait pas tomber à pire moment ». La Chambre évoque alors l’expérience de la Zambie, pays voisin qui partage le bassin cuprifère avec la province congolaise du Katanga. « Regardez ce que les voltes face de la Zambie lui ont apporté », écrit la Chambre, « des arrêts de programmes d’exploration, des mises au chômage massives, des menaces de fermeture de mines et un impact majeur pour les sous-traitants ». Mais, heureusement, la Zambie a su tirer leçon de ses erreurs, et en avril 2014 le gouvernement zambien a reconduit les augmentations de taxes qu’il avait imposées en décembre dernier. [5] Le message est clair : que le gouvernement congolais soit aussi clairvoyant que son confrère zambien.

 IDE vs. rapatriements de profits

Un nouvel élément devrait perturber les plaidoyers de la Chambre des Mines congolaise. Les finances publiques du Congo et son bien-être dépendent outre mesure des exportations de matières premières. La Chambre des Mines ne manque pas d’occasion pour accentuer la contribution du secteur extractif (mines et hydrocarbures) au budget congolais : « 64,1 % dans les recettes ordinaires de l’État ; 1,5 milliard de dollars US en paiements en 2012, dont plus de 1 milliard USD payés par les sociétés minières et 460 millions USD par les entreprises pétrolières ».

Impressionnant ? Pas vraiment, tant que nous ne pouvons pas comparer avec les ‘recettes ordinaires’ (et extraordinaires) des entreprises. Sur ce point, la Chambre fait défaut. Quel est alors ce nouvel élément perturbateur ?

Il se trouve dans un rapport du Fonds Fonds (de placement, d’investissement, d’épargne…) : société financière qui récolte l’épargne de ménages pour l’investir ou le placer dans des produits financiers plus ou moins précis, parfois définis à l’avance. Il existe des fonds de pension, des fonds de placement, des fonds de fonds qui sont proposés à tout un chacun. En revanche, les hedge funds (fonds spéculatifs) et les private equity funds sont réservés à une riche clientèle.
(en anglais : fund)
monétaire international et a récemment été rendu public par le professeur Stefaan Marysse de l’université d’Anvers. Dans une contribution à l’annuaire Conjonctures congolaises 2014, le professeur Marysse écrit que « les profits rapatriés excèdent maintenant les entrées de capitaux ». Cela grâce au Code minier de 2002 et aux contrats miniers considérés comme « très libéraux en ce qui concerne le rapatriement des profits ». [6] Se fondant sur des statistiques du FMI FMI Fonds Monétaire International : Institution intergouvernementale, créée en 1944 à la conférence de Bretton Woods et chargée initialement de surveiller l’évolution des comptes extérieurs des pays pour éviter qu’ils ne dévaluent (dans un système de taux de change fixes). Avec le changement de système (taux de change flexibles) et la crise économique, le FMI s’est petit à petit changé en prêteur en dernier ressort des États endettés et en sauveur des réserves des banques centrales. Il a commencé à intervenir essentiellement dans les pays du Tiers-monde pour leur imposer des plans d’ajustement structurel extrêmement sévères, impliquant généralement une dévaluation drastique de la monnaie, une réduction des dépenses publiques notamment dans les domaines de l’enseignement et de la santé, des baisses de salaire et d’allocations en tous genres. Le FMI compte 188 États membres. Mais chaque gouvernement a un droit de vote selon son apport de capital, comme dans une société par actions. Les décisions sont prises à une majorité de 85% et Washington dispose d’une part d’environ 17%, ce qui lui donne de facto un droit de veto. Selon un accord datant de l’après-guerre, le secrétaire général du FMI est automatiquement un Européen.
(En anglais : International Monetary Fund, IMF)
 [7] Stefaan Marysse écrit alors ceci : « Si, jusqu’en 2012, les investissements étrangers directs (IDE IDE Investissement Direct à l’Étranger : Acquisition d’une entreprise ou création d’une filiale à l’étranger. Officiellement, lorsqu’une société achète 10% au moins d’une compagnie, on appelle cela un IDE (investissement direct à l’étranger). Lorsque c’est moins de 10%, c’est considéré comme un placement à l’étranger.
(en anglais : foreign direct investment)
) constituaient un apport net de capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
pour la RDC, depuis 2013 les profits rapatriés dépassent les entrées d’IDE IDE Investissement Direct à l’Étranger : Acquisition d’une entreprise ou création d’une filiale à l’étranger. Officiellement, lorsqu’une société achète 10% au moins d’une compagnie, on appelle cela un IDE (investissement direct à l’étranger). Lorsque c’est moins de 10%, c’est considéré comme un placement à l’étranger.
(en anglais : foreign direct investment)
. Les projections sont telles que, vers la fin de la décennie (2019), ces profits rapatriés devraient être 3 à 3,5 fois plus importants : deux milliards d’entrées d’IDE et 7 milliards de dollars de profits rapatriés ». [8]

Cette tendance laissera le Congo à terme sans minerais (les ressources étant non renouvelables et disponibles en quantité finie) et sans capitaux. Qui pourrait alors prétendre que la RDC n’ait pas de légitimité à tirer profit de ses ressources naturelles maintenant ?

Pour terminer : en 2008 le Congo renégociait avec les entreprises minières une soixantaine de contrats miniers pour les rendre plus avantageux pour le pays. Mais à la fin de l’année éclatait la crise économique mondiale. Au Congo, son impact était immédiat. Les entreprises minières ont usé de ce prétexte pour exercer des pressions sur les autorités congolaises et c’est le même type de chantage qu’elles réutilisent aujourd’hui. Rien de neuf sous le soleil, à moins que le Congo ne réussisse cette fois-ci à tirer le drap de son côté.





[1Marie Mazalto, « Gouvernance du secteur minier et enjeu de développement en République Démocratique du Congo », 2010, P.128

[2Disponible en streaming ici : https://vimeo.com/118502829

[32015 First Quarter Report, Chamber of Mines of the DRC, mai 2015, p.2.

[4Rapport annuel 2014, Chambre des Mines/Fédération des entreprises du Congo, février 2015.

[5FEC warns about following Zambia’s path, Africa Mining Intelligence, 26 mai 2015.

[6Entre 2008 et 2013, les sommes rapatriées illégalement du seul Katanga étaient estimées 3,7 milliards de dollars. Gresea, Newsflash : “3,7 milliards de dollars « évaporés » au Katanga ». Février 2014. http://bit.ly/1FtEsOs

[7Democratic Republic of the Congo : 2014 Article IV Consultation-Staff Report ; Press Release ; and Statement by the Executive Director for the Democratic Republic of the Congo, Fonds monétaire internationale, 30 septembre 2014. Le texte se trouve ici : http://bit.ly/1Gk2tNO

[8Marysse, Stefaan, art Croissance cloisonnée : note sur l’extraversion économique en RDC, in Conjonctures congolaises 2014, p.34, L’Harmattan, Paris, 2015.