Gresea à Tunis, 2e jour : "démanteler le pouvoir des multinationales"


Newsflash n° 141

Mercredi 25 mars 2015, Bruno Bauraind, 1490 signes.
Cet article a été visité 1760 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

De l’aveu même de ses promoteurs, une quarantaine d’organisations de 23 pays différents, l’objectif de la campagne "démanteler le pouvoir des multinationales" est ambitieux. Lancée en 2012 à Rio de Janeiro, elle vise à coordonner les luttes contre les entreprises multinationales ainsi que présenter un traité populaire international aux Etats et aux organisations internationales. Ce traité doit contraindre les pouvoirs publics à réglementer l’activité des multinationales et mettre fin à l’impunité dont elles jouissent sur la scène internationale. Pour Brid Brennan, du TransNational Institute (TNI), il faut "changer de paradigme". La tâche est ardue d’autant qu’un certain flou persiste. Comment résoudre les contradictions pouvant naître entre les luttes des communautés locales, touchées par les conséquences sociales et environnementales des activités des firmes, et les intérêts des travailleurs et des organisations syndicales qui restent d’abord focalisées sur le maintien de l’emploi ? Enfin, comme le mentionnera Rui Campos, syndicaliste argentin, lors des débats, il serait réducteur de tracer une frontière stricte entre les "mauvaises" multinationales et les "bonnes" petites entreprises. En Argentine, 60% des entreprises sont détenues par des investisseurs étrangers, mais c’est dans les 40% restant que l’on observe les pires conditions de travail. La sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
est toujours au coin de la rue…

JPEG