Déflation, concept caméléon


Lundi 16 mars 2015, Erik Rydberg, 23426 signes.
Cet article a été visité 2282 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Fléau de nos temps ? La déflation Déflation Période durant laquelle les prix ont tendance à baisser continuellement. Ce qui a, en général, l’effet de baisser également les salaires. La déflation est l’inverse de la situation d’inflation.
(en anglais : deflation).
refait surface depuis 2014 tel un spectre qui hante l’Europe. Inquiétudes au plus haut niveau ! Où on s’efforce de revenir à la "normale", c’est-à-dire – critère de Maastricht – à une bonne petite inflation Inflation Terme devenu synonyme d’une augmentation globale de prix des biens et des services de consommation. Elle est poussée par une création monétaire qui dépasse ce que la production réelle est capable d’absorber.
(en anglais : inflation)
annuelle… Ça cache quoi, tout ça ? Concept caméléon que celui de la déflation Déflation Période durant laquelle les prix ont tendance à baisser continuellement. Ce qui a, en général, l’effet de baisser également les salaires. La déflation est l’inverse de la situation d’inflation.
(en anglais : deflation).
– ou, pour parler avec Robespierre et Balzac, concept fripon : on dit une chose, mais on en pense une autre et c’est pour ensuite en faire une troisième. Visite guidée…

"La chute de l’euro accorde un léger répit dans la guerre de la déflation Déflation Période durant laquelle les prix ont tendance à baisser continuellement. Ce qui a, en général, l’effet de baisser également les salaires. La déflation est l’inverse de la situation d’inflation.
(en anglais : deflation).
". C’est un titre de presse parmi d’autres du même acabit paraissant avec une certaine régularité. Celui-ci provient du Financial Times daté du 20 octobre 2014, actualité oblige [1], mais on retrouvera ce type de préoccupation dans le passé comme à l’avenir.

Déflation Déflation Période durant laquelle les prix ont tendance à baisser continuellement. Ce qui a, en général, l’effet de baisser également les salaires. La déflation est l’inverse de la situation d’inflation.
(en anglais : deflation).
 ? La chose intrigue bien sûr, elle n’entre pas dans le vocabulaire courant, elle relève plutôt du langage savant (sauf en anglais : voir l’encadré étymologique), voire pseudo-savant, tant il est vrai que les "experts" de tous crins masquent la banalité de leurs propos partisans par une avalanche de termes cryptés.

Mais, là, donc, on reparle beaucoup de déflation. Dans les rangs syndicaux comme chez les citoyens soucieux de la chose publique, le terme interpelle. Pourquoi déflation et à quoi cela rime-t-il ? Une tentative de clarification ne serait dès lors pas superflue.

Le résumé en résumé

Le lecteur pressé trouvera ci-après le BA-b.a. (portrait en pied) de Dame Déflation.

1. Où qu’on se tourne (presse, banquiers, élites sociales, etc.), la déflation est donnée comme un fléau.

2. Pour mémoire, déflation égale baisse générale des prix dans la durée.

3. Ils baissent parce que baisse le pouvoir d’achat (objectif : s’y adapter).

4. D’où, classiquement, spirale déflatoire (baisse des revenus → baisse des prix → pression sur le "coût salarial Coût salarial Montant de la rémunération réelle et totale versée par le patron ou l’entreprise aux travailleurs actifs. Le terme « coût » est en fait impropre et est considéré uniquement du point de vue de la firme. Il comprend deux éléments : le salaire direct ou salaire poche et le salaire indirect ou différé. Le premier est ce que le travailleur reçoit en propre, sur son compte ou en liquide. Le second comprend les cotisations à la Sécurité sociale (ouvrières et patronales) et le précompte professionnel (voir ce terme). C’est ce que le travailleur reçoit lorsqu’il est en période, momentanée ou non, d’inactivité. En réalité, cet argent sert à payer les inactifs du moment. Mais si le travailleur tombe lui-même dans cette situation, il sera financé par ceux qui restent en activité à cet instant. C’est le principe de solidarité. Le salaire différé fait donc bien partie de la rémunération totale du travailleur.
(en anglais : total labour cost ou, de façon globale, compensation of employees)
" → baisse des revenus → baisse des prix, etc.)

5. Toute baisse (ou hausse) des prix est d’abord affaire de mesure : le comment prédétermine le quoi.

6. L’inflation Inflation Terme devenu synonyme d’une augmentation globale de prix des biens et des services de consommation. Elle est poussée par une création monétaire qui dépasse ce que la production réelle est capable d’absorber.
(en anglais : inflation)
de rogne sur les salaires ni vu ni connu : le salaire (nominal) permet en effet d’acquérir moins de biens ou de services qu’auparavant, car ceux-ci coûtent plus cher. D’où baisse du salaire (réel).

7. L’inflation Inflation Terme devenu synonyme d’une augmentation globale de prix des biens et des services de consommation. Elle est poussée par une création monétaire qui dépasse ce que la production réelle est capable d’absorber.
(en anglais : inflation)
a naturellement aussi l’avantage de faire baisser les charges réelles de la dette publique Dette publique État d’endettement de l’ensemble des pouvoirs publics (Etat, régions, provinces, sécurité sociale si elle dépend de l’Etat...).
(en anglais : public debt ou government debt)
.

8. La déflation n’est donc pas tant le contraire que l’ennemi de l’inflation. (Un fléau, disions-nous.)

9. Parenthèse théorique : déflation et inflation ont ceci en commun que, l’une comme l’autre, n’ont en réalité pour effet que de "modifier la distribution de la richesse Richesse Mot confus qui peut désigner aussi bien le patrimoine (stock) que le Produit intérieur brut (PIB), la valeur ajoutée ou l’accumulation de marchandises produites (flux).
(en anglais : wealth)
entre les différentes classes sociales" (Keynes). Garder cela sans cesse en mémoire.

10. Mission n°1 de la Banque centrale Banque centrale Organe bancaire, qui peut être public, privé ou mixte et qui organise trois missions essentiellement : il gère la politique monétaire d’un pays (parfois seul, parfois sous l’autorité du ministère des Finances) ; il administre les réserves d’or et de devises du pays ; et il est le prêteur en dernier ressort pour les banques commerciales. Pour les États-Unis, la banque centrale est la Federal Reserve (ou FED) ; pour la zone euro, c’est la Banque centrale européenne (ou BCE).
(en anglais : central bank ou reserve bank ou encore monetary authority).
européenne : contenir l’inflation ? Faux ! Elle fait "tout ce qu’il faudra" pour maintenir l’inflation à un niveau proche de 2%. Pour les susdites raisons. (Contenir les salaires, alléger la charge de la dette publique Dette publique État d’endettement de l’ensemble des pouvoirs publics (Etat, régions, provinces, sécurité sociale si elle dépend de l’Etat...).
(en anglais : public debt ou government debt)
.)

11. Morale (historique) : l’inflation, pas plus que la déflation, n’a rien de naturel. L’un comme l’autre, c’est politique et c’est du voulu.

Une explication commencera au ras des pâquerettes. On appelle ainsi – première approximation – "déflation" une situation où on constate une baisse générale des prix. Tout ou presque coûte moins cher. Moins cher que hier et, demain, moins cher qu’aujourd’hui : une situation, donc, où il y a une tendance, dans la durée, vers une baisse généralisée des prix. L’exact contraire, d’une certaine manière, de l’inflation, qui dénote une situation où la tendance est, dans la durée, orientée vers une hausse généralisée des prix.

 Schémas scolaires

Ceci, donc, par approximation. On trouvera en fin de texte deux définitions extraites de dictionnaires économiques qui montrent bien que l’affaire est plus complexe que cela, voire carrément polémique, puisqu’elles se contredisent entre elles.

Deuxième approximation : le lien avec les salaires

Hausse générale des prix. En disant cela, on n’a rien dit. Mieux : on laisse entendre que cette hausse serait un phénomène de génération spontanée et n’aurait pas de cause. Ce n’est pas le cas. Avant d’aller plus loin, histoire de fixer les idées sans tarder, on retiendra dès lors ceci : si les prix baissent, c’est parce que les salaires (les revenus, le pouvoir d’achat) baissent. Dans le jargon économique, on dira que la demande globale des ménages s’érode et, donc, que l’offre va chercher à s’y adapter, en baissant les prix. Si les gens en général ont moins d’argent, il n’y a guère d’autre issue pour écouler les marchandises que de les vendre à un prix inférieur.

On est là dans un schéma théorique du type "si X, alors Y". Celui du circuit économique, si on préfère, dont il peut être utile de rappeler ici le cheminement. Lorsqu’une entreprise produit une marchandise Marchandise Tout bien ou service qui peut être acheté et vendu (sur un marché).
(en anglais : commodity ou good)
, elle en avance le capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
, soit sur fonds propres, soit en empruntant. Ses travailleurs y participent aussi – rappel utile – par la fourniture d’une avance : ils sont payés en fin de mois, donc après que leur travail ait été intégré dans la production et donné à la marchandise Marchandise Tout bien ou service qui peut être acheté et vendu (sur un marché).
(en anglais : commodity ou good)
sa valeur. Là-dessus intervient une intervalle plus ou moins longue, entre le moment où la marchandise sort de l’usine et, via le circuit commercial, celui où elle est achetée et, dès lors, rembourse le capital Capital Ensemble d’actifs et de richesses pouvant être utilisés pour produire de nouveaux biens ou services.
(en anglais : capital, mais aussi fund ou wealth)
avancé augmenté du bénéfice escompté. Rembourse – ou non. C’est ce que Marx appelait le "saut périlleux" caractérisant le système capitaliste. Rien ne permet en effet de savoir d’avance si la marchandise produite trouvera des acheteurs pour solder l’avance originelle en capital Capital . Parfois, cela marche, parfois, cela ne marche pas. Ceci est un schéma très simplifié.

Il permet cependant de comprendre le raisonnement typique qu’on rencontre dans les explications de la déflation de type "si X, alors Y". Elles vont dire que, les revenus de la population étant insuffisants, la marchandise ne trouvera pas assez d’acheteurs – et la ritournelle continue : s’il n’y a pas assez d’acheteurs, le problème sera contourné par une baisse des prix (adaptée au pouvoir d’achat affaibli). Et si les prix baissent, alors le bénéfice sera moindre (ou nul), problème qui à son tour conduira à moins investir (moins produire, moins embaucher) et à rogner sur les coûts de production, à commencer par les salaires, ce qui à son tour (si X, alors Y) amoindrira encore plus le pouvoir d’achat nécessaire au circuit du "saut périlleux" – c’est ce qu’on appelle la "spirale déflationniste". Cela va mal et ce ne pourra qu’empirer, par effet d’entraînement. D’où la morale que tirent la plupart des économistes qui versent dans le manuel scolaire : la déflation est toujours une mauvaise chose pour l’économie d’un pays. Avant de poursuivre, une pause technique...

 Pause technique

Lorsqu’on entend que les prix baissent (déflation), ou qu’ils montent (inflation), il faut bien se rendre compte qu’il a fallu, au préalable, disposer d’un instrument de mesure permettant de constater qu’il y a bien un mouvement assez général dans les prix, à la baisse ou à la hausse. Cet instrument est l’indice des prix à la consommation, construit d’après des relevés de prix réguliers dans le commerce dont se chargent en général des agents de l’État, conférant à ces statistiques une allure officielle. On ne rigole pas avec.

La préoccupation (politique) qui prévaut dans ce suivi statistique, nota bene, vise plus à contenir l’inflation qu’autre chose. C’est sur cette base, ainsi, que la littérature anglo-saxonne distingue entre deux types d’indices, l’un mesurant la "headline inflation" (l’inflation qui fait les titres des journaux) et, l’autre, la "core inflation" (l’inflation de base), le premier reflétant le mouvement haussier dans l’ensemble des prix, touchant directement à des degrés divers le consommateur, et le second, plutôt destiné aux décideurs politiques et les chefs d’entreprise, éliminant de la mesure une série de produits jugés moins pertinents, soit parce qu’ils sont soumis à des mouvements saisonniers (fruits et légumes), soit parce qu’ils dépendent de facteurs externes : le pétrole en est le meilleur exemple. En Belgique, "l’indice santé", ôtant tabac, alcools et carburants, en est une variante.

Ceci pour dire que, devant toute donnée issue d’une mesure, il faut s’interroger sur l’instrument qui a produit le résultat. Selon qu’on mesure d’une manière ou d’une autre, le résultat ne sera pas le même. En Belgique, où les salaires sont indexés, et à un degré moindre d’autres revenus, l’indice devient ainsi la cible d’attentions politiques discrètes.

 La grande manip’

C’est une chose dont on ne parle pas souvent. Les intéressés n’ont pas intérêt à crier cela sur les toits. Parfois, par inadvertance, ils lâchent cependant le morceau. Guy Quaden, le précédent gouverneur de la Banque nationale, par exemple, en 2006, après la énième révision du mode de calcul de l’indice : il se félicitait de la modération des interlocuteurs sociaux lors de cet exercice de haute voltige et concluait : "Grâce au nouvel indice, l’inflation sera plus faible." Traduction en bon français : la croissance des salaires (indexés) a été, grâce à cette manipulation de l’instrument de mesure, pour partie jugulée. Les gens gagneront moins, leur pouvoir d’achat baissera.

L’inflation est en d’autres termes un instrument politique redoutable. Dans une étude publiée par le Fonds monétaire international, les économistes Carmen Reinhart et Belen Sbrancia se sont penchés sur la dette énorme contractée par la Grande-Bretagne et les États-Unis en raison des dépenses militaires durant la Seconde Guerre mondiale [2]. Cette dette, il a fallu la liquider.

La technique utilisée, baptisée "répression financière" par les deux économistes, a consisté à émettre des bons d’État dont les taux d’intérêt Taux d’intérêt Rapport de la rémunération d’un capital emprunté. Il consiste dans le ratio entre les intérêts et les fonds prêtés.
(en anglais : interest rate)
étaient inférieurs à l’inflation – avec ce résultat magnifique : entre 1945 et les années 1980, grâce à ce taux d’intérêt Taux d’intérêt Rapport de la rémunération d’un capital emprunté. Il consiste dans le ratio entre les intérêts et les fonds prêtés.
(en anglais : interest rate)
réel [3] négatif, leur dette s’est en moyenne réduite chaque année de l’équivalent de 3 à 4% du produit intérieur brut Produit intérieur brut Ou PIB : Richesse marchande créée durant une période déterminée (souvent un an) sur un territoire précisé (généralement un pays ; mais, en additionnant le PIB de tous les pays, on obtient le PIB mondial).
(en anglais : Gross Domestic Product ou GDP)
, soit entre 30 et 40% par décennie, une opération qui a permis de liquider le stock Stock Sous sa forme économique, c’est l’ensemble des avoirs (moins les dettes) d’un acteur économique à un moment donné (par exemple, le 31 décembre 2007). Ce qui sort ou qui entre durant deux dates est un flux. Le stock dans son sens économique s’oppose donc au flux. Sous son interprétation comptable, le stock est l’ensemble des marchandises achetées qui n’ont pas encore été produites ou dont la fabrication n’a pas été achevée lors de la clôture du bilan ou encore qui ont été réalisées mais pas encore vendues.
(en anglais : stock ou inventory pour la notion comptable).
massif de dettes accumulé durant la guerre. Donc, un transfert gigantesque des épargnants vers l’État, cette "tonte des moutons" étant rendue à l’époque possible grâce à la faculté des États de contrôler mouvements de capitaux et taux d’intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
.

Ce qu’on en retiendra ici est le caractère "indolore" (en apparence) et invisible du transfert. Si de telles sommes avaient été ramenées dans le giron de l’État par une taxation massive, les gens auraient hurlé, la presse itou. Si elles sont transférées par la main invisible de l’inflation, par contre, personne ou presque ne remarque rien...

 L’inflation, arme anti-salariale

Il en va exactement de même avec les politiques de réductions salariales. Comment faire baisser les salaires sans que les intéressés ne s’en aperçoivent ? Par l’inflation, pardi ! À nouveau, ce n’est pas quelque chose que les cercles gouvernants crient sur les toits. Dans la presse financière, rarement lue par les masses laborieuses, on ne s’en cache pas cependant.

Deux exemples parmi d’autres : dans un article vantant les bienfaits d’une dose appropriée et constante d’inflation, Martin Wolf, le numéro un des commentateurs économiques du Financial Times, notait qu’elle avait l’avantage de mettre en échec "la résistance des travailleurs aux réductions de leur salaire nominal" [4].

Une semaine plus tôt, John Plender, autre commentateur réputé du même journal, a exprimé cela plus crûment : "Il est bien plus facile de réduire les salaires réels en temps d’inflation." [5] L’un parle de salaire nominal, l’autre de salaire réel : le premier est celui qui se trouve sur la fiche de paie et, le second, celui qui correspond à la valeur réelle du pouvoir d’achat (diminué "grâce" à la l’inflation) dudit salaire nominal. La "résistance" des travailleurs à toute baisse de leur salaire sera d’évidence moins forte si elle s’exerce par l’entremise de la main invisible de l’inflation. On l’a vu, en haut lieu, on est parfaitement conscient.

 La main invisible est téléguidée

Jusqu’ici, les phénomènes d’inflation et de délation ont été abordés comme un mouvement voire un engrenage quasi "naturel". En constatant que les prix baissent inexorablement – et ils le font depuis plus d’un an (voir graphique ci-dessous) –, c’est à première vue comparable à l’analyse du quidam qui sort de chez lui en s’exclamant : "Tiens ! Il pleut !" La déflation, pas plus que l’inflation, n’est un incident de météo. L’une et l’autre résultent de politiques délibérées, parfois contrecarrées, qui à leur tour correspondent aux visées, parfois contradictoires, de groupes d’intérêt bien précis.

Pour aller droit au fait. Il est devenu relativement bien connu de la plupart que l’inflation doit, dans la zone euro, être contenue afin de ne pas dépasser 2%. C’est un des critères dits de convergence du Traité de Maastricht (1992) devant permettre la mise en place de la monnaie Monnaie À l’origine une marchandise qui servait d’équivalent universel à l’échange des autres marchandises. Progressivement la monnaie est devenue une représentation de cette marchandise d’origine (or, argent, métaux précieux...) et peut même ne plus y être directement liée comme aujourd’hui. La monnaie se compose des billets de banques et des pièces, appelés monnaie fiduciaire, et de comptes bancaires, intitulés monnaie scripturale. Aux États-Unis et en Europe, les billets et les pièces ne représentent plus que 10% de la monnaie en circulation. Donc 90% de la monnaie est créée par des banques privées à travers les opérations de crédit.
(en anglais : currency)
unique et dont la Banque centrale Banque centrale Organe bancaire, qui peut être public, privé ou mixte et qui organise trois missions essentiellement : il gère la politique monétaire d’un pays (parfois seul, parfois sous l’autorité du ministère des Finances) ; il administre les réserves d’or et de devises du pays ; et il est le prêteur en dernier ressort pour les banques commerciales. Pour les États-Unis, la banque centrale est la Federal Reserve (ou FED) ; pour la zone euro, c’est la Banque centrale européenne (ou BCE).
(en anglais : central bank ou reserve bank ou encore monetary authority).
européenne a été érigée en gardien sourcilleux. Soit dit en passant : "contenir l’inflation", donc une affaire qui peut être encadrée par des mesures politiques – au contraire des nuages qui font tomber la pluie.

Depuis que le "spectre de la déflation" [6] hante l’Europe, cependant, d’aucuns n’ont pas manqué de découvrir avec surprise que le fameux critère des 2%, loin d’être un plafond à ne pas dépasser, reflète en réalité la volonté politique d’atteindre un niveau d’inflation tel qu’il soit proche de 2% (en anglais : "close to but below 2 per cent" – en dessous mais proche de 2%) [7]. Voilà qui change fameusement la donne…

Récapitulons. L’Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
a fait le choix politique délibéré d’atteindre un taux d’inflation proche de 2%. À ce choix, plusieurs raisons. On n’en retiendra ici que deux [8].

Primo, on l’a vu, l’inflation est un levier commode pour freiner ni vu ni connu la croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
des salaires et donc veiller à la compétitivité des économies européennes.

Secundo, elle a ce très grand avantage de venir en aide à quiconque a emprunté de l’argent, à commencer par les États endettés : par effet mécanique, l’inflation (l’érosion de la valeur de l’argent) réduit le montant à rembourser – et augmente d’autant la perte de ceux qui l’avaient prêté, qui recevront d’autant moins.

On a ici affaire à un transfert à somme nulle : ce que le débiteur Débiteur Acteur qui a une dette vis-à-vis d’un autre acteur.
(en anglais : debtor)
y gagne, le créancier Créancier Acteur (ménage, entreprise ou pouvoirs publics) qui possède une créance, un prêt sur un autre acteur.
(en anglais : creditor)
y perd. Le grand économiste John Maynard Keynes a exprimé cela de manière particulièrement lumineuse. Qu’il soit question d’inflation ou de déflation, il importe, notait-il, de graver en mémoire que "chacun a pour effet de modifier la distribution de la richesse Richesse Mot confus qui peut désigner aussi bien le patrimoine (stock) que le Produit intérieur brut (PIB), la valeur ajoutée ou l’accumulation de marchandises produites (flux).
(en anglais : wealth)
entre les différentes classes sociales" [9]. Inflation et déflation ont pour effet – fonction politique centrale – de redistribuer la richesse entre les classes sociales [10]. On prend aux uns, on donne aux autres. Saperlipopette !

 Le ni-ni est aux abonnés absents

On comprend dès lors mieux l’inquiétude de la Banque centrale européenne. En l’absence d’inflation, l’endettement des États membres va s’aggraver – et si la déflation ne conduit certes pas à faire croître les salaires, sa "spirale" (premier diagramme ci-dessus) va, elle, ralentir l’économie, bloquer la sacro-sainte croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
, bref appauvrir l’Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
dans son ensemble. On est ici, pour ainsi dire, dans le vif du sujet. De la poule et de l’œuf, qui est poule et qui est œuf ?

Dans le présent cas de figure, il n’y a pas grand mystère. La poule s’appelle Banque centrale européenne et l’œuf, produit par notre poule pondeuse, se nomme politiques d’austérité Austérité Période de vaches maigres. On appelle politique d’austérité un ensemble de mesures qui visent à réduire le pouvoir d’achat de la population.
(en anglais : austerity)
 [11] – un étouffement de l’économie dont la folie a été dénoncée par des plumes critiques, peu suspectes d’utopisme archaïque, Martin Wolf (Financial Times), Paul Krugman (New York Times) et même Bruno Colmant (L’Écho) pour ne citer que ceux-là.

Comment en effet s’étonner un seul instant que, en serrant sans cesse la vis des salaires et des dépenses publiques, donc en comprimant de plus en plus la demande, les entreprises ne soient guère enclines à investir : à quoi bon produire puisqu’il n’y a plus grand monde pour acheter ? D’où les réserves en "cash" énormes dont disposent les grandes entreprises européennes [12], d’où faute de débouchés sur le versant productif les mille et une recettes pour dégonfler le matelas en arrosant les actionnaires (dividendes et rachats d’actions) et en procédant à des placements spéculatifs…

Alors ? Alors pour conclure ce bref tour d’horizon, tentons une pirouette méditative. L’inflation, la chose est entendue, n’est pas très joyeuse pour le monde du travail, elle grignote, ni vu ni connu, les salaires de manière méthodique. Déprimante également pour les rentiers (et petits épargnants !) dont la rente ou l’épargne se voient greffées par des taux d’intérêts Intérêts Revenus d’une obligation ou d’un crédit. Ils peuvent être fixes ou variables, mais toujours déterminés à l’avance.
(en anglais : interest)
négatifs. La déflation, cependant, n’est guère plus réjouissante : les prix sont certes à la baisse, le pouvoir d’achat s’en trouve amélioré mais, au long terme, elle étrangle l’économie, mène aux dépôts de bilan et au chômage.

De deux maux ne faudrait-il pas cependant en préférer aucun : l’étrange dans l’affaire est en effet que personne ou presque dans la sphère de la décision politique et du débat public ne prône la stabilité des prix, donc une situation où il n’y aurait ni inflation, ni déflation.

Comme John Kay l’a rappelé voici peu [13], l’accoutumance à l’inflation, jugée chose "normale", est chose relativement récente : "En 1913, contrairement à aujourd’hui, une livre britannique ou un dollar américain permettait d’acheter la même quantité de marchandises qu’un siècle auparavant." Pendant cent ans, l’équivalent de trois générations, c’était donc : zéro inflation, zéro déflation. Comme quoi… En économie, rien n’est naturel, tout est politique.

Un peu d’étymologie

L’anglais a ce grand avantage sur la langue française d’avoir une prise vivante du terme de déflation. Là, où le français n’a qu’un substantif d’un usage peu courant, l’anglais dispose en outre non seulement du verbe (deflate, "déflater" pour transposer grossièrement), qui signifie "dégonfler" – un ballon, un pneu – ainsi que son contraire (inflate, "inflater") qu’on utilise au sens de gonfler – un ballon, un pneu, une poupée gonflable – et même, dans un champ voisin, un adjectif (inflatable), que tout vacancier anglophone associe aux matelas gonflables (inflatable mattress) qui font le bonheur des plages. La déflation, et l’inflation, peuvent en d’autres termes facilement être détrônés du piédestal de la langue savante en anglais grâce à l’image du ballon : gonflé, il flotte joyeusement en l’air, crevé, il fait figure piteuse à terre... Notons en passant que, pour éviter le "gros mot" de déflation, les économistes férus d’humour involontaire utilisent de temps à autre le terme d’inflation négative (sic).



The Penguin dictionary of economics, G. Bannock, R.E. Baxter & R. Rees, 1972, 2nd ed 78, pocket 82

Déflation. 1. Une réduction du niveau général des prix. Antonyme d’inflation. 2. Une réduction du niveau d’activité économique dans une économie. La déflation conduira à de plus bas niveaux dans le revenu national, l’emploi et les importations, ainsi qu’à un degré moindre d’augmentation des salaires et des prix. Elle peut procéder de politiques monétaires, telles qu’un relèvement des taux d’intérêt et de la contraction de l’offre en monnaie Monnaie À l’origine une marchandise qui servait d’équivalent universel à l’échange des autres marchandises. Progressivement la monnaie est devenue une représentation de cette marchandise d’origine (or, argent, métaux précieux...) et peut même ne plus y être directement liée comme aujourd’hui. La monnaie se compose des billets de banques et des pièces, appelés monnaie fiduciaire, et de comptes bancaires, intitulés monnaie scripturale. Aux États-Unis et en Europe, les billets et les pièces ne représentent plus que 10% de la monnaie en circulation. Donc 90% de la monnaie est créée par des banques privées à travers les opérations de crédit.
(en anglais : currency)
, et/ou de politiques fiscales, telle qu’une augmentation de la taxation (directe et indirecte) ou des réductions dans les dépenses publiques. Les buts de la déflation peuvent être d’améliorer la balance des paiements Balance des paiements Relevé des entrées et des sorties d’argent d’un pays durant une période déterminée (généralement un an). La balance des paiements se compose de la balance courante (balance commerciale, des services et des intérêts, dividendes, loyers, etc.) et de la balance en capital. Le solde est ce qui entre ou qui sort comme réserves dans les caisses de la banque centrale. Lorsque celles-ci sont vides, le pays est virtuellement en faillite ; il doit dévaluer (souvent fortement) sa propre monnaie.
(en anglais : balance of payments).
, pour partie en réduisant la demande agrégée et donc les importations, et pour partie en provoquant une désinflation en aidant les exportations. 3. L’ajustement d’une variable économique mesurée en termes de monnaie par le biais d’une indexation des prix aux fins d’arriver à une estimation des modifications de la variable en termes réels.

Dictionnaire économique et social, Janine Brémond et Alain Geledan, Hatier, 1981. (Définition particulièrement savoureuse en l’état désastreux de l’Union européenne – ndlr.)

La déflation. Paradoxalement, la déflation n’est pas l’inverse de l’inflation. La déflation est un ensemble de mesures visant dans un cadre libéral à restreindre la demande pour réduire les tensions sur les prix (politique déflationniste) :

- réduction des dépenses publiques

- augmentation de la pression fiscale pour limiter les revenus disponibles des ménages

- encadrement du crédit, montée du taux de l’escompte, afin de limiter la croissance de la masse monétaire

- limitation des salaires, des marges bénéficiaires

- blocage des prix...





[1Cela ne s’est guère amélioré en 2015 : le 30 janvier, c’était au tour de l’Allemagne de basculer en déflation…

[2Financial Times, 10 mai 2011.

[3Le taux d’intérêt réel est le taux d’intérêt affiché (nominal) moins l’inflation.

[4Financial Times, 13 novembre 2013.

[5Financial Times, 6 novembre 2013.

[6Le terme est devenu courant dans la presse financière, dernièrement dans le Financial Times du 28 octobre 2014 qui titrait "Les stress tests bancaires n’ont pas permis d’obvier le spectre de la déflation" (Bank stress tests fail to tackle delfation spectre).

[8Il y en a d’autres. L’inflation est utile aux entreprises exportatrices (via le taux de change, elles gagneront… au change). Utile aussi aux marchandises importées (elles seront moins chères), mais néfaste aux marchandises produites sur place (elles seront plus chères), ou pour le dire autrement : utile aux multinationales qui font produire ailleurs et néfaste pour les petites entreprises qui produisent localement pour le marché local…

[9J.M.Keynes, "Essais sur la monnaie et l’économie" (1931), Payot, coll “Petite Bibliothèque Payot”, Paris, 1971, pp.16-17. Voir encore "Inflation, pouvoir d’achat et pouvoir de propagande", Gresea, 2007, http://www.gresea.be/spip.php?article429

[10Pour résumer à grands traits : la redistribution par l’inflation transfère ainsi la perte subie par quiconque est créancier (petits et grands épargnants, par exemple, qui ont placés, donc prêté aux banques : leurs avoirs valent moins) en un gain pour quiconque est débiteur (par exemple, États endettés et "investisseurs" levant des capitaux : ils doivent moins rembourser… aux premiers).

[11Pour simplifier : la poule pondeuse agit en effet de concert avec la Commission européenne et les États membres, voire encore le FMI (cas de la Grèce) et les politiques d’austérité avancent masquées sous une foule d’acronymes bureaucratiques, Traité TSCG, "Six-Pack", et on en passe…

[12Quelque 1.060 milliards d’euros, fin 2014, informait le Financial Times (18 décembre 2014), dont 20% détenus par le top 10 où l’on trouve par exemple Volkswagen, Total, EDF et BP.

[13Financial Times, 28 janvier 2015.