Gresea Echos n°64, 4-2010

Nord-Sud : business opaque


Mardi 29 mars 2011, Erik Rydberg, 4771 signes.
Cet article a été visité 309 fois

Gresea asbl (Groupe de recherche pour une stratégie économique alternative)

Version imprimable de cet article Version imprimable

Le business opaque Nord-Sud : Nations, peuples et citoyens sont tous régis par une même loi : l’intégration dans l’économie mondiale. En connaissance de cause ? La transparence sur l’information socioéconomique est sans doute le "bien commun" le plus mal réparti, depuis les investissements étrangers jusqu’aux sous-traitances de la "supply chain" mondiale.
Résumé en deux lignes pour en faire l’annonce dans un grand quotidien de Bruxelles, tel était en condensé le propos du séminaire international que le Gresea a organisé le 19 novembre 2010.
Deux lignes, deux constats. Primo, l’économie, de plus en plus, s’internationalise : marche forcée la plupart du temps, rare sont encore les Etats qui ont le choix, il leur faut suivre le mouvement, qu’on sait cadencé par les choix stratégiques des entreprises multinationales. A peu de choses près : les nouveaux pouvoirs coloniaux.

Et, secundo, parmi les multiples conséquences pour le monde du travail, mais aussi pour le citoyen en général, c’est une perte complète des repères. On ne sait plus qui a fabriqué ce qui est dans l’assiette où presque tout a la saveur de l’industriel. On ne sait plus pour qui on travaille : la direction a changé trois fois, le siège social est poste restante dans une île du Pacifique et l’actionnariat ressemble à une société secrète qui fait écran. Et les lois de la Cité qui devaient régir cela, ce qui en subsiste aux côtés des "normes" discrétionnaires privatisées, se perdent dans les brumes d’une bureaucratie européenne dont l’écolage fait le bonheur des experts et lobbyistes.

C’est un fameux changement. Jusqu’il y a peu, il suffisait de se rendre à la Banque Nationale pour se faire une idée de l’identité d’une entreprise, voire interroger quelques-uns de ses fournisseurs, clients et voisins. Là, c’est fini. Structure complètement éclatée. Des ateliers de labeurs en Asie, un PDG presse-bouton délocalisé dans un autre continent, des départements "externalisés" dans une province voisine, des "call centres" qui n’ont prise sur rien, employant un personnel aussi mystérieux qu’exotique. Bouteille à encre.

L’information économique du travailleur et du citoyen, pourtant, figure parmi les acquis sociaux fondamentaux. En Belgique, les lois de 1948, de 1973 et de 1995 y veillent. Les entreprises doivent rendre publiques les données essentielles à leurs activités, y compris du point de vue social. Il s’agit cependant d’un cadre réglementaire qui est en retard d’une guerre. Il ne tient pas compte de l’internationalisation croissante de l’économie. Il n’intègre pas la dimension mondiale des activités des entreprises, ou si peu. Ce que les entreprises font à l’étranger, dans les pays du Sud ? Motus et bouche cousue. Opacité totale. Circulez, il n’y a rien à voir.

Donc, enjeu. Faire la transparence sur la Société Anonyme Mondialisée. De plus en plus de voix se font entendre pour la réclamer. Non sans peine. Car définir avec précision quelles sont les informations économiques utiles aux travailleurs et citoyens que les sociétés anonymes mondialisées doivent rendre publiques n’est pas une sinécure. Tel réseau européen s’échine depuis cinq ans pour dresser son cahier de revendications.

Le séminaire organisé par le Gresea entendait y contribuer. Identifier les principales zones d’ombres de la mondialisation de l’économie. Développer là-dessus une réflexion citoyenne avec des intervenants de Grenoble, Tunis, Lomé et Bruxelles. Esquisser des pistes de "modernisation" de cet acquis social qu’est l’information économique des travailleurs et du citoyen.

On trouvera dans les pages qui suivent les actes de ces travaux. Premiers jalons, espérons-nous, d’une réappropriation de l’information économique. Elle nous concerne tous.

Sommaire :

  • Edito : Le business opaque Nord-Sud / Erik Rydberg
  • Les chimères de l’investissement / Patrice Allard
  • Accords d’investissement, désaccords sur les mots / Ferhat Horchani
  • Flux illicites : une opacité chiffrée… / Raf Custers
  • Sous-traitance souterraine en Afrique / Joseph Toe
  • Pour lutter contre l’opacité : un retour aux "armes de la critique" / Robert Cobbaut
  • Rendre les multinationales comptables de leurs actes / Erik Rydberg
  • A lire

 


 

Télécharger ce numéro :

PDF - 1 Mo

 

Commander ce numéro
Veillez à préciser le n°.
[*Prix unitaire : 3 € hors frais de port*]

 


 

Abonnez-vous à notre revue "Gresea Echos"

[*Abonnement annuel : 8 €*]





info portfolio