ArcelorMittal est le plus grand. Facile à retenir. Mais le groupe n’est plus le plus grand sidérurgiste. Il se présente maintenant comme "la plus grande entreprise minière et d’acier intégrée". Depuis 2011 les mines de charbon et de fer constituent un segment à part au sein d’ArcelorMittal. Et, ce ’Segment Mining’ est le plus rentable pour l’entreprise. A cause de cette segmentation, la rentabilité de l’acier européen est réduite de moitié. Mining Mittal, ça promet !

Cette analyse a été publiée dans le n°69 (mars 2012) du Gresea échos consacré à la thématique de la sidérurgie en Europe.

 Désintégration verticale ?

ArcelorMittal (AM) suit une stratégie d’intégration verticale Intégration verticale Stratégie d’une firme qui acquiert ou contrôle tout ou une partie des différents stades de production et de distribution d’un bien ou service particulier, pour éviter d’être dépendante des fournisseurs ou des clients.
(en anglais : vertical integration)
, le groupe veut en d’autres mots ’contrôler l’ensemble de la chaîne de production de la matière première Matière première Matière extraite de la nature ou produite par elle-même, utilisée dans la production de produits finis ou comme source d’énergie. Il s’agit des produits agricoles, des minerais ou des combustibles.
(en anglais : raw material)
jusqu’au produit manufacturé’ [1]. AM investit donc de manière agressive dans sa capacité de production Capacité de production Ensemble des actifs fixes (bâtiment, machines et équipement) qui, en fonction de la technologie, de l’organisation de la production et des systèmes de travail appliqués, donne la production maximale possible d’une usine, d’une entreprise, d’un secteur.
(en anglais : production capacity)
de fer et de charbon, les matières premières pour la fonte d’acier dans les hauts fourneaux. Objectif avoué : devenir moins dépendant des achats de matières premières sur le marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
international. En 2009, le groupe extrayait 47% du fer dont il avait besoin de ses propres mines. Mais ce taux "d’autosuffisance" devrait dépasser les 80% dans quelques années. En septembre 2011, Peter Kukielski, qui dirige le Segment Mining d’ArcelorMittal, faisait même entendre qu’en 2015 jusqu’à 86% du fer sera produit par les mines du groupe, le reste étant acquis via des ’contrats stratégiques’ (entre autres avec Kumba en Afrique du Sud) [2].

AM acquiert-il des mines uniquement pour assurer son existence ? Vraisemblablement, l’intégration verticale Intégration verticale Stratégie d’une firme qui acquiert ou contrôle tout ou une partie des différents stades de production et de distribution d’un bien ou service particulier, pour éviter d’être dépendante des fournisseurs ou des clients.
(en anglais : vertical integration)
rencontre d’autres objectifs. Ainsi, ArcelorMittal tout comme d’autres grands consommateurs de fer a constaté que le club des producteurs se rétrécit. Un oligopole (constitué par BHP Billiton, Rio Tinto et Vale), extrêmement puissant, domine aujourd’hui le secteur. Ce trio a pu casser le système des contrats d’achats de fer de longue durée, pour imposer des contrats trimestriels [3]. Cette rupture a eu pour conséquence l’envolée des prix du fer et conduit, en outre, à une forte volatilité de ces derniers. Dans ce contexte, ArcelorMittal a décidé, fort de son pouvoir financier, de se soustraire à la mainmise écrasante de l’oligopole en acquérant des mines.

L’auto-approvisionnement n’est pas le seul objectif d’ArcelorMittal. Il veut aussi gagner davantage sur la vente des minerais. C’est du moins ce qu’on comprend en lisant Michel Wurth, membre du conseil de gestion, qui a révélé qu’ArcelorMittal "veut capturer de la valeur ajoutée Valeur ajoutée Différence entre le chiffre d’affaires d’une entreprise et les coûts des biens et des services qui ont été nécessaires pour réaliser ce chiffre d’affaires (et qui forment le chiffre d’affaires d’une autre firme) ; la somme des valeurs ajoutées de toutes les sociétés, administrations et organisations constitue le produit intérieur brut.
(en anglais : added value)
dans la distribution [de minerais], un élément clé dans la stratégie de croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
" [4].

Pour ce faire, début 2011, ArcelorMittal a transformé sa structure opérationnelle. Il a extrait ses mines des divisions sidérurgiques et les a rassemblées dans le nouveau "Segment Mining". A peine formé, celui-ci se distingue déjà dans les résultats financiers globaux d’ArcelorMittal par sa haute rentabilité. Ce segment compte seulement pour 5% du chiffre d’affaires Chiffre d’affaires Montant total des ventes d’une firme sur les opérations concernant principalement les activités centrales de celle-ci (donc hors vente immobilière et financière pour des entreprises qui n’opèrent pas traditionnellement sur ces marchés).
(en anglais : revenues ou net sales)
du groupe, mais apporte près de 24% du profit brut (pour être précis : 23,5% de l’EBITDA) au 1er trimestre 2011 [5]. ArcelorMittal promet par ailleurs aux investisseurs que ce segment restera extrêmement lucratif. Une projection affirme par exemple que si le prix du fer diminue de 35 à 40%, le profit brut du Mining se maintiendrait en 2015 au niveau actuel [6]. L’intégration verticale Version AM vise donc aussi à mettre en évidence la rentabilité d’un segment particulier pour les investisseurs potentiels. La bourse Bourse Lieu institutionnel (originellement un café) où se réalisent des échanges de biens, de titres ou d’actifs standardisés. La Bourse de commerce traite les marchandises. La Bourse des valeurs s’occupe des titres d’entreprises (actions, obligations...).
(en anglais : Commodity Market pour la Bourse commerciale, Stock Exchange pour la Bourse des valeurs)
apprécie…

ArcelorMittal avait 29 mines en portefeuille Portefeuille Ensemble de titres détenus par un investisseur, normalement comme placement.
(en anglais : portfolio).
en 2010, fer et charbon confondus. Douze sites se trouvent au Kazakhstan, 4 de fer et 8 de charbon. En Europe, hormis la Russie, le groupe possède des mines en Bosnie et en Ukraine. Plusieurs projets nouveaux ou d’expansion sont en cours. Depuis 2010, AM a acheté 70% de l’important gisement de fer de Baffinland au Canada. L’inconvénient de Baffin ? Il est situé au bord de l’Arctique où les conditions climatiques ne sont pas très accueillantes. Par contre, Baffin est plus proche du port de Rotterdam que le Brésil, un avantage considérable lorsqu’il s’agira de vendre son produit au marché Marché Lieu parfois fictif où se rencontrent une offre (pour vendre) et une demande (pour acheter) pour un bien, un service, un actif, un titre, une monnaie, etc. ; un marché financier porte sur l’achat et la vente de titres ou d’actifs financiers.
(en anglais : market)
européen [7].

 Pot de fer contre pot de terre

D’ici 2015, ArcelorMittal atteindra une ’production totale’ de fer de 100 millions de tonnes, ce qui équivaut au doublement de la production actuelle des mines du groupe 54,1 millions de tonnes de fer en 2011 [8]. Pour combler cet écart considérable, AM attend beaucoup de la mine de fer de Tokadeh à Yekepa, au Libéria (Afrique de l’Ouest). Cette mine, avec celles au Mexique, portent actuellement la stratégie de croissance Croissance Augmentation du produit intérieur brut (PIB) et de la production.
(en anglais : growth)
forcée de l’activité minière voulue par ArcelorMittal.

Croissance forcée ? Yekepa, dont AM possède 70%, a produit son premier kilo de fer en octobre 2011. Pourtant, cette année, le site devrait produire 4 millions de tonnes de fer pour atteindre une production annuelle de 15 millions de tonnes de concentrés de fer en 2015.

ArcelorMittal et le Libéria ont une histoire commune contrastée. En 2005, avant la fusion Fusion Opération consistant à mettre ensemble deux firmes de sorte qu’elles n’en forment plus qu’une.
(en anglais : merger)
-absorption d’Arcelor, Mittal Steel SA acquiert en concession le site de Yekepa. Cette mine, ouverte dans les années ’50 par l’entreprise Lamco (une alliance de capitaux américain, suédois et libérien), est à l’abandon depuis les années ’80. La concession est accordée à Mittal par un gouvernement de Transition issu d’un processus de paix après la guerre civile qui a ravagé le Libéria. Les termes de l’accord entre Mittal et le Libéria sont conclus dans un Mineral Development Agreement (MDA). Ce document accorde des avantages inouïs à Mittal : exemption de taxes pendant 5 ans (période pouvant être prolongée), gestion totale du chemin de fer de Yekepa au port de Buchanan et gestion du port de Buchanan. Le Libéria pourra faire usage du chemin de fer et du port à condition que Mittal y consente et qu’il paie un droit déterminé par le gestionnaire. Ce n’est pas tout. Début 2006, Ellen Johnson Sirleaf remporte les élections présidentielles au détriment du footballeur George Weah. Elle découvre alors avec stupéfaction les termes du MDA dont profite Mittal Steel SA. Ellen Sirleaf est experte en finances. Pendant la guerre elle s’est réfugiée aux Etats-Unis où elle a travaillé pour la CitiBank et la Banque mondiale Banque mondiale Institution intergouvernementale créée à la conférence de Bretton Woods (1944) pour aider à la reconstruction des pays dévastés par la deuxième guerre mondiale. Forte du capital souscrit par ses membres, la Banque mondiale a désormais pour objectif de financer des projets de développement au sein des pays moins avancés en jouant le rôle d’intermédiaire entre ceux-ci et les pays détenteurs de capitaux. Elle se compose de trois institutions : la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), l’Association internationale pour le développement (AID) et la Société financière internationale (SFI). La Banque mondiale n’agit que lorsque le FMI est parvenu à imposer ses orientations politiques et économiques aux pays demandeurs.
(En anglais : World Bank)
. La banquière est scandalisée par le contrat passé par le Libéria avec Mittal. Une des clauses les plus dérangeantes est celle des royalties. En effet, Mittal ne paiera à l’Etat libérien que 4,5% de ce que la vente du fer de Yekepa lui rapportera. Peu importe l’indignation provoquée par un tel contrat léonin, Mittal est de toute façon maître du tarif. Le fer libérien approvisionne surtout les aciéries du groupe, ArcelorMittal pourra donc, par le jeu des prix de transfert Prix de transfert Établissement de prix entre filiales d’un même groupe, pouvant être sous-évalués ou surévalués en fonction de l’endroit où se situe l’unité : paradis fiscal ou région appliquant une fiscalité sévère.
(en anglais : transfer prices).
, afficher des tarifs en dessous de la valeur de marché et réduire par là les royalties dues au Libéria.

Le Libéria perd donc un gisement important, le contrôle d’un chemin de fer et d’un port stratégiques et n’y gagne quasi rien. Le nouveau gouvernement libérien de madame Sirleaf, assisté par des avocats spécialisés américains, entame alors des négociations avec Mittal. Elles seront conclues en décembre 2006 et de manière satisfaisante pour le Libéria. Mittal devra désormais fixer les royalties au Libéria à partir du prix du marché (connu) du fer et l’exemption fiscale de cinq ans est annulée. Le Libéria n’obtient cependant pas entièrement gain de cause. Tout d’abord, le pays n’est pas arrivé à contraindre Mittal à rendre ses structures de facturation plus transparentes. Le sidérurgiste maintient un système de rapatriement des bénéfices via des filiales établies à Chypre et à Zug, en Suisse. Mittal maintient aussi la clause dite de stabilisation qui défend ses investissements au Libéria contre des mesures éventuelles du gouvernement. De son côté, le gouvernement libérien n’a pas voulu aller jusqu’au bout, ’pour ne pas mettre en péril les relations avec les investisseurs’ [9]. ArcelorMittal, créé dans le courant de 2006 par un rachat hostile d’Arcelor par Mittal, se montre content du contrat renégocié dont il hérite. "Nous avons aidé le Libéria à redémarrer son économie après 14 ans de conflit civil", écrit le groupe, "et notre projet est une opportunité pour montrer que des pratiques d’entreprise responsables et transparentes portent ses fruits pour notre compagnie et le pays hôte" [10]. ArcelorMittal n’est pas très "touché" par la fermeté du Libéria.

La pénétration d’ArcelorMittal en Afrique de l’Ouest ne s’arrête pas au Libéria. Yekepa n’est pas la seule mine entre le Libéria et la Guinée. Plus vers le Nord, de grandes sociétés minières comme BHP Billiton et Newmont Mining développent des projets miniers. ArcelorMittal a mené des pourparlers avec BHP Billiton en vue d’une fusion Fusion Opération consistant à mettre ensemble deux firmes de sorte qu’elles n’en forment plus qu’une.
(en anglais : merger)
de leurs unités de production et de l’utilisation du chemin de fer vers Buchanan par BHP Billiton.

La question est de savoir si cette frénésie extractive contribuera réellement au développement industriel du Libéria et de la Guinée. Mais, ArcelorMittal ne vise que les exportations à rythme accéléré. Il n’est pas question à l’heure actuelle de développer une industrie transformatrice dans ces pays. Lorsque Yekepa tournera à vitesse de croisière, chaque année 600 trains chargés de minerais de fer feront le trajet jusqu’au port de Buchanan où, chaque mois, six navires chargeront 60.000 tonnes de minerais chacun [11]. Pour faciliter ces transports, de nouvelles infrastructures se mettront en place dans le cadre de programmes appuyés, entre autres, par la Banque mondiale Banque mondiale Institution intergouvernementale créée à la conférence de Bretton Woods (1944) pour aider à la reconstruction des pays dévastés par la deuxième guerre mondiale. Forte du capital souscrit par ses membres, la Banque mondiale a désormais pour objectif de financer des projets de développement au sein des pays moins avancés en jouant le rôle d’intermédiaire entre ceux-ci et les pays détenteurs de capitaux. Elle se compose de trois institutions : la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD), l’Association internationale pour le développement (AID) et la Société financière internationale (SFI). La Banque mondiale n’agit que lorsque le FMI est parvenu à imposer ses orientations politiques et économiques aux pays demandeurs.
(En anglais : World Bank)
. Mais il est fort probable que ce seront surtout les grandes entreprises minières qui en bénéficieront.

 Restructurations "minières" ?

Revenons à la réorganisation structurelle du groupe ArcelorMittal. L’activité minière, jusque-là dispersée dans plusieurs divisions, est aujourd’hui rassemblée dans le seul "Segment Mining". Cela n’est pas sans conséquences sur les résultats des autres segments. La division la plus touchée est celle du Flat Carbon America (FCA), amputée de 5 mines de fer et 2 de charbon. Son profit brut du 1er trimestre 2011 est presque divisé par deux (-44%) et dans un rapport pour le comité d’entreprise européen on peut lire que "sur l’ensemble de l’année 2010, FCA aurait été privé de 1,4 milliard de dollars lié aux mines sur un EBITDA (profit brut) total de 2,96 milliards de dollars (47%)’. De la même manière le profit brut d’AACIS (AsieAfriqueCIS) a été réduit de 28% au premier trimestre de 2011 et celui de LCAmérique (Long Carbon), de 6%. Ces profits re-apparaissent dans le résultat du Segment Mining.

En outre, cette réorganisation "boursière" a été accompagnée d’un changement de la tarification des matières premières. Selon ArcelorMittal : "Toutes les matières premières utilisées provenant des mines d’ArcelorMittal, qui pourraient être vendues en dehors de la Société sont maintenant comptabilisées au prix du marché. La production provenant de « mines captives » (avec des restrictions liées à la logistique ou à la qualité) continue d’être comptabilisée aux aciéries au prix de revient majoré" [12]. Ce changement est en partie responsable des résultats moindres des divisions-acier, et surtout le Flat Carbon America et la division AsieAfriqueCIS, puisque leur facture pour les matières premières est devenue plus lourde. Les tarifs miniers intragroupe peuvent avoir des conséquences sérieuses pour les autres divisions. Les restructurations présentes et à venir dans la sidérurgie par exemple devraient donc être également analysées à la lumière de ces échanges entre les divisions d’ArcelorMittal.

Enfin, ArcelorMittal veut figurer à côté de l’oligopole des grands vendeurs de fer et de charbon. Au premier trimestre de 2011, 11% de ses livraisons de fer étaient destinées à des clients extérieurs [13]. Mais le groupe veut faire ’mieux’. Cette année il examine la faisabilité de cet objectif commercial. Ainsi, la croissance de la production envisagée pour les mines au Canada (plus 7 millions de tonnes en 2012, plus 15 millions de tonnes en 2013) devrait être vendue à des clients externes qui se trouveraient au Proche-Orient et dans le Sud-Est de l’Asie [14]. Cette orientation risque d’éloigner encore un peu plus ArcelorMittal de son profil de sidérurgiste.


[1Petit manuel sur les Sociétés transnationales, Gresea, à paraître en 2012.

[2Building a world class mining business, Peter Kukielski, GMB Member Mining, ArcelorMittal Investor Day 2011, 23 septembre 2011.

[3Custers, Raf, Sidérurgie. Bras de fer oligopolistique en Extrême-Orient, Gresea, juillet 2010, en ligne : http://www.gresea.be/spip.php?article74

[4’Vertical integration to secure supplies of raw materials and to capture added-value in distribution – a key element of ArcelorMittal’s growth strategy – is only possible for the largest producers’. Arcelor Mittal. Annual Report 2010, p.8.

[5Rapport de l’expert auprès du comité d’entreprise européen d’ArcelorMittal, juillet 2011, pp. 114-115.

[6Peter Kukielski, GMB Member Mining, Building a world class mining business, Investor Day 2011, ArcelorMittal, 23 septembre 2011, p.14.

[7Sudhir Maheshwari, Member of Group Management Board, Cheuvreux Pan Europe Forum 2011 Conference, ArcelorMittal, 17 mai 2011.

[8ArcelorMittal annonce ses résultats pour le quatrième trimestre et l’ensemble de l’année 2011, ArcelorMittal, communiqué de presse, Luxembourg, le 7 février 2012.

[9Johnson Sirleaf, Ellen, Foreword, in : Getting a better deal from the extractive sector. Concession negotiation in Liberia 2006-2008, Revenue Watch, New York 2009.

[10ArcelorMittal Liberia, communiqué non daté.

[11A first for Liberia, brochure, Arcelor Mittal, 2011.

[12ArcelorMittal annonce ses résultats pour le quatrième trimestre et l’ensemble de l’année 2011, ArcelorMittal, communiqué de presse, Luxembourg, le 7 février 2012, p.10.

[13Rapport de l’expert auprès du comité d’entreprise européen d’ArcelorMittal, juillet 2011, p.117.

[14Simon Wandke, Vice President, Chief Commercial Officer Mining, ArcelorMittal Mining’s commercial approach, Arcelor Mittal Investor Day 2011, 23 septembre 2011, p.9.