La destruction, par un missile chinois, le 11 janvier dernier, d’une vieille station météo en orbite à 800 kilomètres au-dessus de notre petite boule terrienne maillée d’autoroutes a provoqué une onde d’inquiétude dans la communauté scientifique. On se soucie beaucoup du réchauffement du climat. Là, cela reste encore cantonné au milieu des professeurs Tournesol vissés à leur télescope. Pour la Chine, c’était un test anti-balistique. Un boum-boum de routine. Il y a, cependant, un hic. En désintégrant cette station, le missile chinois a "enrichi" l’atmosphère ceinturant la Terre d’une nouvelle quantité de débris, 647 morceaux acérés de métal pour être précis et – on y est – ces détritus spatiaux sont actuellement en passe d’atteindre une "masse critique". Là, la Chine n’est pas en cause. A force d’envoyer – USA, ex-Union soviétique, Union européenne Union Européenne Ou UE : Organisation politique régionale issue du traité de Maastricht (Pays-Bas) en février 1992 et entré en vigueur en novembre 1993. Elle repose sur trois piliers : les fondements socio-économiques instituant les Communautés européennes et existant depuis 1957 ; les nouveaux dispositifs relatifs à la politique étrangère et de sécurité commune ; la coopération dans les domaines de la justice et des affaires intérieures. L’Union compte actuellement 27 membres : Allemagne, Belgique, France, Italie, Luxembourg, Pays-Bas (1957), Danemark, Irlande, Royaume-Uni (1973), Grèce (1981), Espagne, Portugal (1986), Autriche, Finlande, Suède (1995), Chypre, Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, Slovaquie, Slovénie, Tchéquie (2004), Bulgarie, Roumanie (2007).
(En anglais : European Union)
– des engins dans l’espace, il y a encombrement. On évalue aujourd’hui à 10.000 les débris qui "traînent" là haut, du plus gros au plus petit, satellites désactivés, morceaux de fusée, outils dérivants et, disent les spécialistes, c’est fatal, il va y avoir cascade de collisions en chaîne, débris contre débris, chacun re-désintégrant l’autre, avec multiplication exponentielle des nouveaux débris. Lesquels, naturellement, vont aussi casser les satellites en bon état de marche : au revoir les retransmissions télévisées par satellite, au revoir les GPS, au revoir la "Guerre des Etoiles", au revoir les voyages dans l’espace : la Terre sera entourée d’une enveloppe de débris métalliques infranchissable. Car c’est inéluctable : ces collisions en chaîne, disent les spécialistes, c’est pour demain, pour dans un an ou dans une décennie, mais cela arrivera. Qui s’en plaindra ? Cela nous offre, en plus, comme une image, renvoyée par miroir déformant, de notre système économique. Vous avez dit soutenable ?


Source : International Herald Tribune, 7 février 2007.