Sommes-nous tous responsables, à intensité égale, du dérèglement climatique ? Sommes-nous tous responsables du creusement des inégalités ? Certains discours tendent à le faire croire. Le concept d’anthropocène qui pénètre actuellement le débat public est de ceux-là. Il dépolitise les questions climatiques ou sociales. Le salut viendrait alors non d’une transformation du système économique, mais des « petits gestes » quotidiens d’un Être humain désincarné.

Outre la responsabilité individuelle, le capitalisme Capitalisme Système économique et sociétal fondé sur la possession des entreprises, des bureaux et des usines par des détenteurs de capitaux auxquels des salariés, ne possédant pas les moyens de subsistance, doivent vendre leur force de travail? contre un salaire.
(en anglais : capitalism)
vert fonde sa légitimité sur la technologie : « la transition énergétique et l’économie circulaire vont nous sauver ! ».

Ce livre montre que ni les comportements individuels vertueux ni les découvertes technologiques ne suffiront à relever les défis environnementaux ou sociaux actuels. L’ampleur de ces enjeux nous contraint à réfléchir la société autrement. C’est ce que propose cet ouvrage en approchant la question socio-environnementale du 21e siècle au travers du prisme de la décroissance.

[*Prix unitaire : 16 € hors frais de port*]

Feuilleter les premières pages

Commander cet ouvrage