La production contemporaine de vêtements est hautement internationalisée et implique un large recours à la sous-traitance Sous-traitance Segment amont de la filière de la production qui livre systématiquement à une même compagnie donneuse d’ordre et soumise à cette dernière en matière de détermination des prix, de la quantité et de la qualité fournie, ainsi que des délais de livraison.
(en anglais : subcontracting)
qui, en soumettant le droit des travailleurs et travailleuses à des contrats commerciaux entre entreprises, mène à des conditions de travail souvent extrêmement précaires. Quelles sont, en Belgique, les grandes entreprises qui prospèrent sur ce système ? Peuvent-elles se voir imposer un devoir de vigilance par l’État belge pour leurs activités à l’étranger ? Comment objectiver leur degré de présence internationale et les risques qu’elles font courir à leurs sous-traitants ? Cette analyse tente de répondre à ces questions tout en soulignant dès à présent les limites de nos capacités à tracer l’activité concrète des multinationales et celles du régulateur à les contrôler.

Pour lire la suite télécharger l’analyse